Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)

J’espère que la lecture de mon exposé de soutenance vous aura donné envie d’en savoir un peu plus sur ma thèse. Grâce au serveur TEL (pour « thèses en ligne »), environnement particulier de HAL-SHS, archive ouverte de dépôt de travaux scientifiques en libre accès par leurs auteurs, vous allez même pouvoir, si vous le souhaitez, la lire dans son intégralité…

Il vous suffit pour cela de cliquer ici ou sur la photo infra… (vous m’excuserez par avance du poids du fichier : riche en tableaux, graphiques et annexes insérées au format .jpg, le fichier source pèse près de 100Mo et une compression raisonnable pour la lecture de ces images ne permet pas de descendre sous les 45Mo).

TEL_HalSHS

En formations, colloques ou tables rondes, j’ai parfois eu à défendre l’idée selon laquelle la norme devrait être le libre accès et non l’inverse… Le dépôt de ma thèse sur HAL-SHS constitue ainsi une application de cette conviction. La démarche est toutefois bien réfléchie, et je profite de ce billet pour expliquer ma position par quelques arguments (parmi d’autres) :

Recherche sur financement public = communication des résultats au public

Si je ne suis pas (encore?) fonctionnaire, cette recherche est le fruit d’un financement public puisque j’ai, notamment, bénéficié d’une allocation de recherche et d’un poste d’ATER. La communication du fruit de ce travail à toute personne intéressée me semble donc s’imposer d’elle-même… (Sur ce point, voir la position de Claire Lemercier, que je partage totalement p. 7-9)

 – L’offre d’une visibilité scientifique immédiate et élargie

En outre, le numérique permet d’offrir à une thèse non encore publiée une audience que le seul dépôt en bibliothèque ne permet pas. Cela me semble non seulement important du point de vue du débat scientifique mais aussi de celui, beaucoup plus prosaïque, de mes futures candidatures : d’éventuels recruteurs pourront se faire une idée de ce travail en quelques clics.

Le risque de ne pas voir ma thèse publiée ?

Le premier argument s’opposant généralement à la mise en ligne d’une thèse concerne la possibilité de trouver un éditeur alors que le livre potentiel aura déjà été mis en ligne. Il s’agit là d’une véritable question, qui ne se pose toutefois pas dans mon cas car la thèse n’est absolument pas publiable en l’état compte tenu de ses dimensions et de sa structure.

Le risque de plagiat ?

Le second argument correspond au risque de plagiat, bien réel dans nos milieux (voir aussi ici). De ce point de vue, la mise en ligne me semble bien plus constituer une protection qu’un danger : référencée en ligne, une thèse est mieux connue que si elle est déposée dans une seule bibliothèque universitaire. En outre, les logiciels anti-plagiat moissonnent les dépôts (voir ici pour plus d’explications)

Pour aller plus loin sur les questions relatives au libre accès à l’information scientifique, je vous invite à lire ce billet de Franziska Heimburger sur l’excellent blog1 La boîte à outils des historiens

*

Bonne lecture… et n’hésitez pas à me faire part de vos remarques !

 

  1. On est jamais mieux servi que par soi-même 😉 []

4 réflexions au sujet de « Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950) »

  1. Aux Etats-Unis, le débat fait rage actuellement parmi les historiens (mais a aussi été chroniqué au-delà, y compris dans le New York Times) sur la mise en ligne des thèses. Mais il est (exclusivement, en réalité) lié au fait que là-bas, pour obtenir un emploi permanent (tenure), il faut publier une version en général très révisée de la thèse sous forme de livre, et à la crainte que les éditeurs ne veulent pas examiner de manuscrits si la thèse d’origine est déjà en ligne. Crainte qui semble au demeurant exagérée si l’on en croit une enquête auprès des éditeurs. Voici ici la prise de position de l’association des historiens, et des commentaires variés (http://blog.historians.org/2013/07/american-historical-association-statement-on-policies-regarding-the-embargoing-of-completed-history-phd-dissertations/) et ici un bon résumé de l’affaire avec une prise de position pro libre accès (http://www.theatlantic.com/technology/archive/2013/07/youve-spent-years-on-your-phd-should-you-publish-it-online-for-free/278024/).
    De mon côté, j’en reste au beau souvenir de l’éditeur du livre tiré de ma thèse, François Gèze à La Découverte, qui, en 2002, rêvait d’une mise en ligne intégrale des thèses d’un côté (avec toute la longueur et l’érudition, pour les spécialistes et pour tout le monde) qui lui permettrait de l’autre côté de demander des livres tirés de thèses plus courts et plus lisibles, plutôt que d’avoir un mauvais moyen terme (350 pages, trop de notes pour les non spécialistes, pas assez pour les spécialistes).

  2. À la demande de Joëlle Busuttil (directrice de cabinet à la présidence) et de Jacqueline Nivard (chargée de mission pour les archives ouvertes), j’ai révisé et augmenté une partie de ce billet pour une contribution à la Lettre de l’EHESS, n°69, février 2014 : « Pourquoi déposer sa thèse dans TEL ? » http://lettre.ehess.fr/7094

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *