Quelles sources de démographie historique à l’ère du « big data » ?

Dans le cadre de mes travaux actuels, j’ai besoin de statistiques concernant la répartition annuelle de la population française par département, sexe et âge depuis 1946. À l’heure où les big-open-data-et-des-bases-de-données-accessibles-en-un-clic sont à la mode1 rien de plus simple me direz-vous ? Eh bien pas tant que cela finalement…

L’objet de ce billet est double :
– d’abord, il s’agit d’expliquer en quoi de telle données sont nécessaires pour étudier autre chose que la seule évolution du « nombre des gens » (celles et ceux pour qui les bases de l’analyse démographique et spatiale n’ont aucun secret pourront passer directement à la section suivante) ;
– ensuite, il s’agit de réunir ce que j’ai pu trouver à ce stade, d’abord comme un aide-mémoire personnel mais aussi comme outils d’information pour celles et ceux qui seraient à la recherche du même type de données – un peu comme je l’avais fait pour les numérisations du Journal officiel de 1871 à nos jours.

__________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________

Sommaire du billet

Les statistiques démographiques : recensements et estimations

Connaître le nombre des vivants pour mieux compter les morts

Les bases de données en ligne de l’INSEE

Le fichier détail « Données harmonisées des recensements  1968-2008 »
Stocks et structures de population en France
Stocks et structures de la population par régions et départements
Stocks et structures de la population des départements et des communes

Et avant 1975, 1968, 1962 ou 1946 ?

Piste 1 : les annuaires statistiques rétrospectifs numérisés
Piste 2 : les volumes nationaux du recensement de la population
Piste 3 : les données de démographie régionale
Piste 4 : les volumes départementaux du recensement de la population
Piste complémentaire pour les communes

Une lecture pour la route…

__________________________________________________________________________
__________________________________________________________________________

Les statistiques démographiques : recensements et estimations annuelles

Commençons par quelques considérations générales relatives à la production des statistiques de population à l’époque contemporaine.

Il faut noter d’emblée que l’existence de statistiques annuelles ne va pas de soi. En France, le stock de la population répartie selon divers critères géographiques, économiques etc. est connu par le recensement. Or, cette opération n’a pas été réalisée tous les ans mais à intervalle plus ou moins régulier depuis le début du XIXe siècle. Nous disposons donc de recensements quinquennaux pour les années 1801 à 1936 (le recensement de 1871 a été reporté à 1872, ceux de 1916 et de 1941 ont été annulés), puis de recensement effectués en 1946, 1954, 1962, 1968, 1975, 1982, 1990 et 1999. Depuis 2004, le recensement n’est plus une opération globale annuelle : il est le fruit du recensement d’un cinquième des communes chaque année2.

Et pourtant… elles existent ! En effet, si les recensements constituent la seule mesure des stocks de population à l’instant t de l’opération, il est possible d’estimer l’évolution annuelle de la population entre les recensements grâce à d’autres sources. Comme l’explique, par exemple, Jacques Vallin :

« Les recensements n’ayant lieu qu’à intervalle de 5 à 10 ans, que ce soit pour suivre la conjoncture démographique ou pour entreprendre des études portant sur l’évolution des générations, il est nécessaire de connaître la population par âge, sexe, etc., au moins annuellement. C’est pourquoi la plupart des instituts de statistique s’efforcent de produire régulièrement des estimations annuelles de population. Ces évaluations sont évidemment fondées sur les recensements : soit sur deux recensements encadrants (évaluations intercensitaires), soit sur le dernier recensement en date (évaluation post-censitaire). Dans le second cas, l’imprécision est fatalement plus grande. »3

Je n’entrerai pas ici dans le détail des méthodes d’interpolation mobilisées pour ces estimations. Notez simplement qu’elles sont élaborées sur la base des statistiques annuelles d’état civil (naissance / décès) et de migrations (entrées / sorties). Pour le dire vite, on part du recensement, et on ajuste sur la base du solde naturel et du solde migratoire :

« Population(01/01/N) = Population(01/01/N-1) + naissances(N-1) – décès(N-1) + solde migratoire(N-1) »4

Retour au sommaire

Connaître le nombre des vivants pour mieux compter les morts

Si de telles estimations sont indispensables, c’est que pour analyser la plupart des phénomènes démographiques, vous devez calculer des taux (de nuptialité ; de natalité ; etc.) voire standardiser des résultats, en rapportant vos données à celle de la population totale ou moyenne.

Prenons ici l’exemple qui me concerne le plus dans l’immédiat : la mortalité5.

Si l’on dispose de statistiques relatives aux décès survenus en France dans chaque département, que ce soit pour le total ou selon une répartition par sexe et âge, on peut observer la répartition départementale des décès en nombre absolus par exemple. Or, si elle n’est pas inintéressante en soi, une telle analyse est largement insuffisante si l’objectif est d’étudier les inégalités départementales en termes de mortalité. En effet, comme vous pouvez le voir dans l’illustration suivante, une telle répartition du stock des décès ne sera que le reflet de la répartition du stock de la population : un département fortement peuplé aura forcément plus de morts qu’un département faiblement peuplé.

Cartes faites avec Philcarto
Cartes faites avec Philcarto (clic-droit « afficher l’image » pour voir en grand format)

L’outil de base pour dépasser ce biais consiste à calculer un taux (brut) de mortalité. Ce taux, généralement exprimé en nombre de morts pour 1 000 habitants, correspond au rapport du nombre des décès au cours d’une période à la population moyenne durant la même période. L’illustration suivante est le produit d’un calcul de taux de mortalité pour 1975 d’après les données représentées dans la précédente : les départements qui ressortent le plus ne sont plus les mêmes…

Taux brut
Cartes faites avec Philcarto (clic-droit « afficher l’image » pour voir en grand format)

Vous l’aurez compris, le calcul d’un tel taux permettra ainsi de procéder à des comparaisons entre des territoires différents ou d’un même territoire à deux moments différents.

Prenons ici l’exemple de l’évolution de la mortalité générale en France entre 1980 et 1985 : le nombre total de décès est passé, au cours de cette période, de 547 107 à 552 496. Soit une augmentation de 1 %. Or, la mortalité n’a pas augmenté au cours de cette période. Tout simplement parce qu’une fois rapporté ces stock de décès à la population moyenne en 1980 (53,8 millions) et en 1985 (55,3 millions) on obtient un taux brut de mortalité qui est passé de 10,15 ‰ à 9,99 ‰6

Ce taux est donc une première étape indispensable pour toute comparaison géographique ou diachronique. Les spécialistes s’accordent néanmoins sur le fait qu’il reste insuffisant et qu’il est nécessaire d’affiner encore l’analyse. En effet, comme le soulignent, par exemple, Sid-Ahmed Souiha et Stéphanie Toutain :

« Ce taux présente l’avantage de pouvoir être calculé dans des contextes où les informations statistiques sont lacunaires. Mais ce taux à l’inconvénient – comme tous les taux bruts – d’être fortement influencé par la structure par âge de la population étudiée. Comme le risque de décéder est fonction de l’âge, une population comportant une part importante de personnes âgées aura un taux brut de mortalité plus élevé qu’une population en comportant une part faible. »7

Et c’est là qu’intervient la nécessité de disposer, non seulement de la population moyenne pour la période étudiée, mais aussi la répartition de cette population par âges. En effet, une solution consiste alors « simplement » à calculer un taux de mortalité par âge en rapportant de nombre de décès à chaque âge ou classe d’âge à la population moyenne du même âge ou de la même classe d’âge.

On pourra ainsi comparer les taux de mortalité des différents départements français pour des classes d’âge précises et évacuer ainsi des comparaisons les décès de celles qui, pour une raison ou pour une autre, pourraient parasiter nos analyses.

Dans l’exemple suivant, on voit ainsi que la répartition du taux de mortalité masculine à 40-44 ans présente encire une physionomie différente, qui n’est pas influencée par les causes « normales » de décès liées à la vieillesse :

Taux Masc40-44
Cartes faites avec Philcarto (clic-droit « afficher l’image » pour voir en grand format)

Surtout, le taux de mortalité par âge constitue la base d’analyses plus poussées visant à neutraliser les effets des différences de structures entre les populations étudiées. Il s’agit de standardisation directe ou indirecte appelée « méthode de population-type » ou « méthode de mortalité-type ». Je vous passe les détails mais notez simplement qu’il s’agit de calculer des taux comparatifs permettant de mieux saisir les variations géographiques de la mortalité8

Pour résumer, si l’on souhaite pouvoir calculer les principaux indicateurs de mortalité – mais vous aurez compris que c’est nécessaire pour beaucoup d’autres analyses démographiques, sans compter les travaux menés à l’échelle départementale… – il est nécessaire de disposer des statistiques démographiques les plus complètes possibles en termes de structure par sexe et âge. Et lorsqu’il s’agit de travailler à l’échelle départementale sur la longue durée, les choses se compliquent…

Retour au sommaire

Les bases de données en ligne de l’INSEE de 1946/1968/1975 à nos jours (commençons par le plus simple…)

Si l’INSEE a longtemps eu la réputation d’être une institution un peu fermée aux chercheurs extérieurs (difficultés d’accès aux archives, aux statistiques, etc.), force est de constater que les choses changent depuis plusieurs années. L’organisme statistique met en effet à disposition du public de nombreuses bases de données statistiques, dont certaines sont rétrospectives.

Vous trouverez ainsi sur le site de l’INSEE, plusieurs bases de données relatives aux statistiques de population remontant parfois jusqu’à 1968, 1962 (pour les régions, départements et communes) voire 1946 (pour la France métropolitaine).

 
Retour au sommaire

Le fichier détail « Données harmonisées des recensements de la population 1968-2008 »

Je commence par vous indique cette base, certainement la plus complète que j’ai pu consulter à ce jour, qui correspond à une « sélection d’informations extraites de six recensements réalisés entre 1968 et 2008 » : « caractéristiques individuelles de la population, localisées au niveau départemental ». Par « harmonisées » il faut entendre que l’INSEE a fait en sorte d’assurer la comparabilité de variable dont la définition a évolué selon les périodes.

Ces variables sont nombreuses (pensez à explorer le menu à droite sur la page de l’INSEE, je reprends ici les variables par ordre alphabétique, mais de nombreuses informations sont fournies concernant le mode d’harmonisation, l’historique des fichiers mis à disposition, etc.) :

Age en années révolues ; Année de recensement ; Catégorie socioprofessionnelle (subdivisions assez larges : agriculteurs / artisans, commerçants, chefs d’entreprises / cadres et prof. intell. sup. / prof. intermédiaires / employés / ouvriers / anciens actifs / inactifs et chômeurs n’ayant jamais travaillé) ; Département de naissance ; Département de résidence antérieure en géographie ; Département de résidence en géographie 2010 ; Département du lieu de travail en géographie 2010 ; Diplôme ; État matrimonial ; Nationalité ; Secteur d’activité ; Pondération ; Région de naissance ; Région de résidence antérieure en géographie 2010 ; Région de résidence en géographie 2010 ; Région du lieu de travail en géographie 2010 ; Sexe ; Type d’Activité.

[accéder à la base]

Pour la suite de cette petite cartographie des données de population française, je vais me concentrer sur les statistiques relative au stock et à la structure de la population aux échelles nationale, régionale, départementale et communale.

Retour au sommaire

Stocks et structures de population en France

Concernant la population totale au niveau national, vous pouvez consulter deux bases principales9 :

– les « Indicateurs démographiques annuels et mensuels » : vous y trouverez  la population au 1er janvier et la population moyenne (France métropolitaine, 1946-2014 | France entière, 1982-2014) ; mais aussi 14 autres indicateurs, de l’excédent naturel aux taux de mortalité infantile en passant par la nuptialité, les pacs, etc. Le tout selon des chronologie pouvant atteindre 1901-2014 [accès à la base]

– la « Population au 1er janvier par sexe et groupes d’âges » : France entière pour 1991-2014 ;  France métropolitaine pour 1946-2014. Classes d’âges : – de 15 ans / – de 20 ans / de 15 à 49 ans / de 20 à 59 ans / 60 ans et + / 75 ans et + [accès à la base]

Retour au sommaire

Stocks et structures de la population par régions et départements

Dès que l’on descend d’un niveau géographique, l’amplitude chronologique se réduit considérablement… Si des données globales sont disponibles en longue durée, les données relatives à l’évolution des structures par sexe et âge sont beaucoup plus limitées (pour qui travail dans le temps long…). On pourra consulter :

– la « Population au recensement de la France métropolitaine, par département et par régions » pour chaque recensement effectué depuis 1854, mais en interrogeant la base département par département ou région par région, soit pour 1854-1962, soit depuis 1962 [accéder à la base départementsaccéder à la base régions]

– « Tableaux rétrospectifs départementaux et régionaux sur la population et le logement de 1962 à 1999 » qui contient des données relatives à la structure par sexe et âge aux recensements (ainsi que des variables relatives à la nationalité, population active et logement) [accéder à la base]

– les « Estimation de la population au 1er janvier par région, département (1975-2013), sexe et âge (quinquennal, classes d’âge) » qui vous permettra cette fois de récupérer directement un fichier .xls contenant la structure annuelle de la population, soit par tranches quinquennales soit par « grandes classes d’âges » [accéder à la base]

Retour au sommaire

Stocks et structures de la population des départements et des communes

Pour l’échelon communal, vous disposez de deux bases intéressantes :

– « Population au recensement de la France métropolitaine, depuis 1962, des villes de plus de 100.000 habitants » qui vous permet d’accéder, comme son nom l’indiquer, aux données relatives aux grandes villes (41 au total), mais une par une… [accéder à la base]

– « Population et logements par commune depuis le recensement de 1962 (1961 pour les Dom) à 1999 » qui vous offre une répartition du stock de « population municipale » pour toute la France, mais aussi pour les seuls arrondissements de Paris [accéder à la base]

– « Population selon le sexe et l’âge quinquennal de 1968 à 2010 (1990 à 2010 pour les DOM) » vous pourrez récupérer une base (format .xls) de données harmonisées des recensements de la population de 1968 à 2010 comprenant la répartition par âge quinquennal, et par sexe dans les départements et les communes (géographie courante en 2012) [accéder à la base]

Retour au sommaire

Et avant 1975, 1968, 1962 ou 1946 ? (là ça s’complique!)

Pour un chercheur s’intéressant aux transformations depuis 3 à 4 décennies, les bases de données que je viens de lister sont assez complètes pour travailler de façon précise à diverses échelons hiérarchique. Le problème c’est que, même contemporanéiste, l’historien a cette fâcheuse tendance à considérer qu’il est nécessaire de remonter un peu plus dans le temps. Et là, les bases de données en ligne trouve vite leurs limites… mais pas seulement.

Retour au sommaire

Piste 1 : les annuaires statistiques rétrospectifs numérisés

L’annuaire statistique de la France est un volume annuel publié par les organismes centraux de la statistique publique depuis la fin du XIXe siècle – on pourra en consulter un historique assez complet sur le site du Centre des archives économiques et financières – jusqu’à 201310.

À plusieurs reprises, des volumes rétrospectifs ont été publiés qui permettent – moyennant quelques saisies – de trouver des données statistiques de population plus anciennes que celles des bases précitées.

En outre, si pendant toute la durée de ma thèse les volumes étaient à consulter en bibliothèque – à la BnF notamment, où il n’était pas possible de les photographier… – j’ai découvert très récemment que les principaux volumes rétrospectifs ont été numérisés et mis en libre accès sur Gallica.

Retour au sommaire

  • Dans l’annuaire rétrospectif 1948-1988, vous trouverez :

– un tableau de la population des départements lors des recensements de 1851 à 1982 (p. 22-25)

– un tableau de la structure de la population totale de la France par sexe et âge ( – de 15 ans / 15 à 19 ans / 20 à 24 / 25 à 59 / 60 à 64 / 65 et + / 75 et +) estimée au 1er janvier de 1946 à 1956 (p. 26-27)

Annuaire 1948-1988
Cliquez sur la couverture pour accéder au document sur Gallica

Retour au sommaire

  • Dans l’annuaire rétrospectif de 1961, vous trouverez :

(je ne reprends pas les tableaux cités dans le précédent…)

– la population des départements aux recensement de 1801 à 1954 (p. 14 à 17)

– une évaluation de la population au 1er janvier et de la population moyenne des départements chaque année entre 1946 et 1959 (p. 18-21)

– une évaluation de la structure de la population totale de la France par sexe et groupe d’âge quinquennal au 1er janvier de 1946 à 1960 (p. 26-27)

Cliquez sur la couverture pour accéder au document sur Gallica
Cliquez sur la couverture pour accéder au document sur Gallica

Retour au sommaire

  • Dans l’annuaire rétrospectif de 1951, vous trouverez :

(ici encore je ne reprends pas les tableaux contenant des informations déjà citées dans les précédents…)

– un tableau de la structure de la population totale par sexe et classe d’âge quinquennal aux recensements de 1851 à 1951 (p. 25* – 27*)

– un tableau de la population légale des communes (une cinquantaine) de plus de 50.000 habitants (en milliers) aux recensements de 1801 à 1946 (p. 24*)

Annuaire 1951
Cliquez sur la couverture pour accéder au document sur Gallica

Retour au sommaire

Piste 2 : les volumes nationaux publiés du recensement général de la population

Bien entendu, on ne saurait se limiter à la documentation numérisée ! Étant donné que je n’ai trouvé, dans aucune des publications précitées, l’évolution de la structure de la population par département, sexe et classe d’âge quinquennal, je suis aller voir directement à la source des volumes publiés du recensement de la population.

Ceux-ci sont conservés dans des collections plus ou moins complètes dans diverses bibliothèques. Pour ma part, je suis allé voir du côté de la bibliothèque l’INED.

Excellente surprise au départ (bien que cela implique de procéder à des saisies fastidieuses…) : la consultation des volumes généraux du recensement de 1946 m’a permis de trouver un tableau de la répartition de la population par département, sexe et tranches d’âge quinquennales :

Exemple tiré des résultats du recensement de 1946 (vol. II, Population présente totale, Tableaux France entière, Tableaux par département, p. 38)
Exemple tiré des résultats du recensement de 1946 (vol. II, Population présente totale, Tableaux France entière, Tableaux par département, p. 38)

Mauvaise surprise ensuite… ce type de tableau n’a pas été publié par la suite dans les volumes généraux des deux recensements de 1954 et 1962 pour lesquelles mes explorations précédentes ne m’ont pas permis de trouver des statistiques satisfaisantes.

En fait il s’y trouve bien des tableaux départementaux par sexe et âge, mais par « grandes classes d’âge » (or, il me faut du quinquennal si je veux procéder à des standardisations qui correspondent aux tranches dont je dispose pour la mortalité…).

Retour au sommaire

Piste 3 : les données de démographie régionale

Si cette dernière piste était insuffisante c’est qu’entre temps, toujours  à l’INED (mais le volume se trouve au moins à la BnF et à Sciences Po.) j’ai consulté deux rétrospectives publiées par l’INSEE dans les années 1990.

Rétrospective démographique par département et région 1901-1990 (par Jean-Édouard Rochas) qui ne comporte malheureusement pas d’informations relative à la structure par sexe et âge.

Données de démographie régionales 1954-1999 qui contient bien un  CD-ROM offrant de nombreux tableaux et, notamment, une répartition de la population par département, sexe et âge, mais seulement par grandes classes (- de 15 / – de 20 ; 20 à 64 : 65 et + / 75 et +)11

Retour au sommaire

Piste 4 : les volumes publiés du recensement de la population pour chaque département

Compte tenu du caractère fastidieux de la saisie de telle données j’espérais pouvoir éviter cette opération, mais je risque bien de devoir aller consulter les volumes détaillés du recensement (soit 90 pour chaque année qui m’intéresse…).

J’ai en effet contacté directement l’INSEE pour solliciter leur aide pour m’orienter une fois explorées toutes les pistes précédemment évoquées. C’est alors que j’écrivais les dernières lignes de ce billet que j’ai reçu cette réponse :

« Compte tenu des éléments que vous avez déjà rassemblés, vous pouvez compléter votre information par la consultation des ouvrages suivants :

1) Les recensements

– Les volumes départementaux du recensement de 1954 vous donnent la répartition de la population par sexe et âge détaillé (chaque année et récapitulatif par tranches d’âge quinquennales),

– Les volumes départementaux du recensement de 1962 vous donnent la même répartition.

2) Les BMS

Les volumes du B.M.S. (Bulletin Mensuel de Statistique) de l’Insee vous donnent à partir du volume de 1958 une estimation actualisée chaque année de la population totale par département (Au 01/01/1957 pour l’édition 1958) : cette estimation figure dans une rubrique intitulée « Mouvement naturel de la population », située en annexe en fin de fascicule et publiée tous les trimestres (mars, juin, septembre et décembre). Il n’est, par contre, pas fait mention de la structure par âge et par sexe.

Recherches faites, il n’existe apparemment pas de publication nationale fournissant des données annuelles départementales par sexe et tranches d’âge quinquennales.

Il resterait une piste à explorer : celle des publications régionales de l’Insee; cette recherche est plus longue : de telles études existent peut-être mais rien n’indique que toutes les directions régionales les ai faites à l’époque ».12

Retour au sommaire

Piste complémentaire pour les communes :

J’achèverai ce billet en mentionnant une dernière piste qui m’a été soumise concernant l’échelon communal par Jean-Paul Sénéchal sur Twitter : le site « Des villages Cassini aux communes d’aujourd’hui« . 13

Je vous invite à lire le billet  où il expose sa méthode de collecte des informations concernant les communes du Finistère…

jps29*
*      *

Retour au sommaire

Et comme un peu de réflexion sur les conditions de production des statistiques ne fait jamais de mal… j’ajoute un conseil de lecture à toutes celles et ceux qui seraient intéressés par ces questions :

Éric Brian, « Peut-on vraiment compter la population ?« , in Thierry Martin (dir.), Mathématiques et action politique: études d’histoire et de philosophie des mathématiques sociales, Paris, INED, 2000.

__________
Notes :

  1. D’ailleurs vous êtes peut-être ici parce qu’il y avait « big data » dans le titre… allez, avouez, c’était fait pour 🙂 []
  2. Pour plus d’informations, en ligne voir Wikipédia, « Histoire du recensement de la population en France » ; Alain Godinot, « Pour comprendre le recensement de la population » ; et la fiche de l’INSEE « Le recensement de la population en bref » []
  3. Jacques Vallin, « Présentation et analyse critique des sources statistiques », in Rolland Pressat (dir.), Manuel d’analyse de la mortalité, Paris, OMS & INED, 1985, p. 9 – vous en trouverez des extraits numérisés sur le site personnel d’Alfred Nizard []
  4. Pour plus d’informations, voir les pages suivantes sur le site de l’INSEE : « Les estimations de population » et « Opération statistique : Estimations de population » []
  5. Enfin, pas d’inquiétude, ça concerne surtout mes recherches… []
  6. Chiffres tirés de Sid-Ahmed Souiha & Stéphanie Toutain, L’analyse démographique et spatiale, Nantes, Éditions du temps, 2005, p. 206 []
  7. Ibid, p. 205 []
  8. J’y reviendrai peut-être dans un futur billet, en attendant, pour plus d’informations voir « Taux comparatif de mortalité » sur Demopædia []
  9. Il y en a bien d’autres dans cette section, concernant les mouvements de la population par exemple – naissances, mariages, décès – mais je me contente ici de mentionner les principales bases relatives à l’évolution du stock et de la structure de la population []
  10. L’INSEE a décidé d’en cesser la publication en février 2013 []
  11. Voir un exemple de tableau du CD-ROM ici []
  12. Vous noterez la précision de la réponse, assez rare quand on y pense, de même que sa rapidité (les dernières précisions envoyées à la bibliothèque concernant cette demande datent d’hier). Je profite donc de ce billet pour saluer l’efficacité des personnes chargées de répondre au courriels du public à la bibliothèque de l’INSEE! []
  13. J’aurais dû y penser puisqu’avec Franziska nous avions invité Claude Motte et Marie-Christine Vouloir, les principales chevilles ouvrières de ce projet, à nous parler des bases de données qu’il y a derrière ce site lors d’une session de nos « outils informatiques pour les historiens«  []

3 réflexions au sujet de « Quelles sources de démographie historique à l’ère du « big data » ? »

  1. [Édition du 20-06-2014]

    Bases de données – ajout de trois références manquantes dans la première version du billet :
    “Données harmonisées des recensements de la population 1968-2008″ ;
    “Tableaux rétrospectifs départementaux et régionaux sur la population et le logement de 1962 à 1999” ;
    “Population et logements par commune depuis le recensement de 1962 (1961 pour les Dom) à 1999”

    Cartes :
    Correction de la carte des taux bruts de mortalité par département (erreur sur la carte initiale : calculs réalisés sur la population totale féminine…)
    Ajout de la carte des taux de mortalité masculine à 40-44 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *