Retour sur « l’anachronisme des séries longues »

Comme indiqué dans la brève publiée le 29 septembre, j’interviendrai demain aux « lundis de l’Ined » pour un exposé intitulé Quantification et longue durée. L’exemple du nombre des fonctionnaires (France, 19e-20e siècles). L’objet de cette communication sera de présenter, à partir de ma thèse, le cadre analytique que j’ai mobilisé pour proposer un dépassement de l’alternative qui consiste à considérer sans distance critique ou à rejeter sans autre forme de procès l’usage des sources statistiques historiques pour construire des séries longues.

En forme d’introduction ou de contextualisation de cette intervention, l’objet de ce billet est de revenir sur la construction de cette alternative dans les années 1990 ainsi que sur les travaux qui, dans une perspective généralement qualifiée de « reconstructionniste », ont pris le parti de refuser à la fois fétichisme et rejet en prenant tout à la fois les chiffres et la nécessité de leur déconstruction au sérieux.

Quantitatif et histoire, du règne au rejet

Il n’a certes jamais été acquis qu’histoire et statistiques aient été faites l’une pour l’autre. Depuis la lune de miel qui suivit les études fondatrices d’Ernest Labrousse dans les années 1930 et 1940, de ruptures en réconciliations, leurs relations ont en effet été pour le moins fluctuantes.

« scientifiquement parlant, il n’est d’histoire sociale que quantitative »

Au cours des années 1930 à 1970, « la démarche labroussienne, grâce à son efficacité analytique et à sa force logique, [s’était affirmée] comme le modèle à suivre » (Borghetti 2002, p.33), constituant peu à peu le socle d’une rencontre novatrice entre histoire et économie. En parallèle1 , l’histoire économique et sociale affirmait son caractère dominant, notamment au sein de l’école des Annales et de l’historiographie marxiste.

Ce succès ne fut pas sans dérive : dans les années 1960, pour certains historiens, le chiffre constituait l’alpha et l’omega de l’histoire quantitative. Pour Jean Marczewski par exemple, l’histoire quantitative n’était pas autre chose qu’une « méthode d’histoire économique qui intègre tous les faits étudiés dans un système de comptes interdépendants et qui en tire des conclusions sous la forme d’agrégats quantitatifs déterminés, entièrement et uniquement, par les données du système » (Marczewski, 1965, p. 15)2. D’autres firent du quantitatif le critère à partir duquel pourrait s’établir la scientificité de la discipline historique. Tandis qu’Adeline Daumard et François Furet évoquaient, dès 1959, un accord « quasi unanime » autour de l’affirmation selon laquelle « scientifiquement parlant, il n’est d’histoire sociale que quantitative » (Daumard et Furet 1959, p.676), moins de dix ans plus tard, en 1968, Emmanuel Le Roy Ladurie écrivait que « à la limite… il n’est histoire scientifique que du quantifiable » (Le Roy Ladurie 1973 , p. 22).

Histoire & Mesure 1989-4Néanmoins, au cours des années 1980-1990, on assista à un net et durable reflux du recours aux sources et méthodes quantitatives par les historiens. Dans l’une des premières livraisons d’Histoire & Mesure, en 1989, Bernard Lepetit pouvait ainsi écrire que « le doute [s’était] répandu quant à la capacité du chiffre à rendre compte des comportements les plus fondamentaux. » (Lepetit 1989, p.191).

Le désamour dont fit l’objet « le quantitatif » dans les pratiques historiennes au cours des années 1980 et 1990 reposait sur l’entrelacement de plusieurs causes, du rejet des dérives positivistes d’une histoire quantitative qui entendait résumer l’histoire à une équation au retour « à grands coups de trompe » (Prochasson 2008, p.171) d’une histoire politique qui, dans sa formulation rémondienne, fut explicitement construite en opposition à l’histoire économique et sociale promue par les Annales. Il prit aussi plusieurs formes, du non-recours au rejet des méthodes quantitatives – ces dernières faisant l’objet d’un timide mais solide retour en grâce depuis quelques années (Lemercier & Zalc 2008) – et se manifesta tout particulièrement dans une suspicion radicale et durable envers l’usage des statistiques comme source par les historiens.

Un « foucaldisme plus ou moins bien digéré »

L’enthousiasme déconstructiviste des années 1980-1990, partiellement hérité des travaux menés par Michel Foucault autour de l’archéologie du savoir dans les années 1960 et de la notion de biopolitique dans la seconde moitié des années 1970 (Foucault 1966 et 1997) fut d’abord salutaire. Il permit notamment le développement d’une histoire de la statistique administrative et d’une dénaturalisation de ses catégories (Desrosières & Thévenot 2002) qui avait commencé à émerger dès les années 1970 (Affichard 1977). Mais « l’analyse des catégories », promue par ce que Paul-André Rosental appelle un « foucaldisme plus ou moins bien digéré » (Rosental 2006), portait en elle le risque d’une double impasse. D’abord celle de la réduction de la statistique administrative à sa contribution aux dispositifs de contrôle social par l’État. Ensuite celle qui ne verrait d’objet digne d’intérêt que dans les conditions de production des statistiques administratives. Ces dernières étant génératrices des phénomènes qu’elles sont censées mesurer, c’est leur élaboration qui devrait faire l’objet d’une attention privilégiée tandis qu’une exploitation historienne des calculs anciens perdrait tout pouvoir explicatif.

Deux siècles de travail en France, 1991Pour comprendre les conditions d’une telle mutation, il est nécessaire de s’intéresser en détail aux discussions qui accompagnèrent la parution de Deux siècles de travail en France au début des années 1990. Non seulement elles cristallisèrent les arguments qui se trouvent à l’origine d’une remise en cause de l’usage des statistiques comme source en histoire, mais elles permirent aussi l’ouverture d’une voie alternative à l’opposition entre relativisme et fétichisme du chiffre.

Le débat autour de Deux siècles de travail en France

En 1991, Olivier Marchand et Claude Thélot publiaient donc Deux siècles de travail en France. Les auteurs, tous deux administrateurs de l’INSEE, y proposaient une reconstitution de la population active depuis le début du XIXe siècle. Leur parti pris était clair : « estimer depuis 1800 le nombre d’actifs agricoles dans le concept actuel, celui qui a cours depuis le recensement en 1954 » (Marchand & Thélot 1991, p.21). Les deux statisticiens menèrent cette étude à partir de la fabrication de séries longues fondées sur des conventions qui leur étaient contemporaines (ce qu’est un actif agricole ; ce qu’est la population active…) et qui n’avaient donc pas cours dans les années 1800. Partant de là, ils allaient jusqu’à offrir une mesure de l’évolution du temps de travail et de la productivité au cours des deux siècles qui précédaient leur ouvrage.

L’aspect novateur de la recherche menée par ces auteurs relevait de cette reconstitution statistique. En effet, des études avaient déjà été produites, mais leurs prédécesseurs n’avaient jamais entrepris d’homogénéiser les séries en corrigeant les données des recensements. Pour O. Marchand et C. Thélot l’absence d’éléments de corrections considérés comme véritablement acceptables par leurs prédécesseurs ne constituaient pas un argument suffisant :

« Quand on ignore, à 2,5 millions de personnes près, combien il y a d’actifs, ou, mieux, quand on sait qu’une telle variation est due seulement à l’instrument, il faut élaborer des séries homogènes. Cela relève, non pas de l’arbitraire ou de l’empirisme naïf, mais du service public. » (Marchand & Thélot 1991, p.9)

Néanmoins, si cette démarche semblait naturelle aux deux auteurs, elle n’en soulevait pas moins de questions épistémologiques.

Genèses n°9Les débats suscités par leur démarche fut d’abord circonscrits à l’INSEE, au travers d’une discussion entre les auteurs et Alain Desrosières, lui aussi statisticien au sein du même Institut, publiée en mars 1991 dans Le Courrier des statistiques. C’est donc au départ un dialogue interne que suscita cette publication, l’ouverture aux réflexions des chercheurs en sciences sociales intervenant dans les mois qui suivirent par la republication de ces contributions, à l’initiative de Florence Weber, dans un dossier de la rubrique « savoir-faire » de la revue Genèses (Weber 1992).

Le débat entre les statisticiens se développait sur deux terrains complémentaires, sur lesquels les chercheurs en sciences sociales furent donc appelés à réagir : un questionnement sur la validité des résultats et une interrogation sur l’utilité même d’une telle recherche.

Résurgence du positivisme…

En effet, le premier reproche qu’A. Desrosières adressait aux auteurs de Deux siècles de travail en France concernait l’absence de prise en considération des conditions de production des données utilisées pour la construction des séries. Ils disjoignaient l’ « objet de sa construction » au risque de méconnaître « le fait que les mesures de certains objets dépendent totalement des conventions de définition et de codage » (Desrosières 1992, p.93). De fait, O. Marchand et C. Thélot revendiquaient cette disjonction. Pour ces statisticiens, sans être totalement indépendantes, « la réflexion sur les conditions d’élaboration de la mesure ou sur les éléments favorables à sa naissance et à son existence, et la réflexion sur les évolutions d’une économie ou d’une société sont assez peu liées ». Ils considéraient même qu’un examen des modalités de production des statistiques nous écarterait d’une analyse des évolutions sociales plutôt que de nous en rapprocher. Les deux auteurs en concluaient que « la compréhension d’un outil » statistique ne leur paraissait « jamais subordonnée aux conditions de sa naissance » (Marchand & Thélot 1992, p.98–99).

En somme, ils revendiquaient explicitement le fait de ne pas se soucier des apports d’une histoire et d’une sociologie des instruments de mesures qu’ils utilisaient pour quantifier deux siècles d’évolution du travail en France.

Sur ce premier terrain, les chercheurs en sciences sociales sollicités par Genèses suivaient bien volontiers les critiques formulées par A. Desrosières. Comme le notait Éric Brian, on se trouvait face au « signe précurseur additionnel de la montée d’un nouveau positivisme ». Les deux auteurs qualifiant de « relativisme intégral » l’affirmation d’une nécessité de prendre au sérieux les conditions de production des données, « ils [ruinaient] le chantier de l’histoire des savoirs et des savoir-faire statistiques dont les historiens peuvent tirer le plus grand fruit. » (Brian 1992, p.107–108 et 113) De même, Christian Topalov considérait que ce parti pris consistait à écarter « d’un revers de main agacé les acquis critiques d’une décennie ou deux de recherches et [signalait] la solidité inébranlable d’un positivisme qui doit bien avoir quelque raison pour pouvoir être si aisément restauré » (Topalov 1992, p.114).

…et « procès en anachronisme »

Mais la critique formulée par A. Desrosières allait beaucoup plus loin. Selon lui, l’anachronisme des catégories mobilisées par les auteurs disqualifiait d’emblée l’étude. Pour le statisticien, même fondés en partie sur une analyse des conditions de production des matériaux mobilisés, de tels travaux « ne devraient pas conduire à présenter des séries homogènes continues » car, « trompeuses », elles tendraient à faire « disparaître les problèmes » liés aux transformations des conventions et des modes de structurations des réalités que les statistiques entendent décrire. Il considérait en effet qu’il y avait « une irréversibilité du travail statistique : une fois la boite noire refermée, la série continue tracée, celle-ci vit sa vie, est transmise de main en main, en devenant un objet qui tient bien. » (Desrosières 1992, p.97) En somme, l’étude étant invalidée par des résultats biaisés, celle-ci n’avait pas lieu d’être.

Ce second terrain de la critique d’Alain Desrosières fit l’unanimité contre lui parmi les chercheurs sollicités. Ces derniers refusaient, en dépit de biais incontestables, de conclure à l’inanité d’une telle recherche. Pour Bernard Lepetit, il s’agissait là d’un « procès en anachronisme » injustifié puisque « l’anachronisme est inhérent au métier d’historien ». La question ne pouvait donc pas se poser en termes d’abandon de la recherche, mais devait plutôt s’inscrire dans une prospection de résultats les plus fiables possibles :

« Se borner à dénoncer (…) le préalable à la reconstitution, c’est sauver le projet : le recours à une documentation meilleure et plus soigneusement établie permettrait d’aboutir. C’est maintenant la légitimité même de l’opération qui est niée, parce que trop étrangère à l’expérience historiquement changeante des acteurs sociaux. Faute de pouvoir trouver, d’une période à l’autre de la longue durée, des solutions satisfaisantes à la question des conventions d’équivalence entre des expériences sociales passées différentes, toute ambition de présenter des séries homogènes continues devrait être abandonnée. » (Lepetit 1992, p.103)

Or, accepter la nécessité d’un tel abandon, pour ces chercheurs, reviendrait à nier la moindre utilité aux recherches historiques qui, chiffrées ou non, visent généralement à tenter d’approcher le réel par des informations partielles ; ces traces constituant un matériau pour l’historien qui cherche à établir une vérité historique par le recoupement, la critique et l’interprétation des sources. Si l’absence de certitude absolue et l’impossible accès à « la » vérité obligent à rejeter certains objets, beaucoup de recherches historiques n’auraient finalement pas de raison d’être. C’est la raison pour laquelle É. Brian considérait qu’O. Marchand et C. Thélot avaient « raison de chercher à dépasser l’apparent nominalisme des catégories », parti pris qui n’obligeait en aucun cas à sombrer dans le positivisme ou dans le « relativisme absolu ». Il invitait ainsi à ne pas perdre de vue « l’intention première, objectiver raisonnablement les phénomènes sociaux en pleine conscience des limites et des procédés purement formels » (Brian 1992, p.111–113).

C’est là que l’approche des deux statisticiens posait finalement le plus de problème. Comme le soulignait C. Topalov, dénombrer des travailleurs du XIXe siècle à partir d’une définition qui nous serait contemporaine ne permettrait certes pas de « décrire la réalité d’alors, ou du moins, l’ensemble de celle-ci » mais reviendrait plutôt à « créer un objet fictif ». Ce n’est pas un problème en soi à condition « d’essayer d’en assumer les conséquences », ce que refusaient de faire les auteurs de Deux siècles de travail en France (Topalov 1992, p.117).

De la même façon, B. Lepetit ajoutait que ce n’était pas à l’aune du « registre de la vérité, entendue dans son sens commun d’adéquation d’une connaissance au réel » qu’il fallait évaluer la « validité de l’entreprise », mais plutôt selon des critères « d’utilité ». Puisque l’acceptabilité d’une mesure est « liée à l’usage qu’on veut en faire », le travail d’O. Marchand et C. Thélot devait être ramené à sa finalité qui relevait, pour l’historien, d’une relativisation de « la crise économique que connaît actuellement la France ». Une telle radicalisation de « la formule de Lucien Febvre, « l’histoire est fille de son temps » » ne pouvait que fortement limiter la portée des résultats de l’entreprise (Lepetit 1992, p.103 et 106).

FormesExperienceCelle-ci trouvait néanmoins une grande utilité d’un point de vue expérimental, a fortiori dans le contexte d’un « tournant critique » impulsé par un B. Lepetit qui appelait les historiens à « tenter l’expérience » (Annales 1988 et 1989; Brian 2013) et à rechercher une voie médiane entre les positions adoptées par nos trois statisticiens. Il s’agissait en effet alors de tenter de :

« Trouver dans une pratique maîtrisée du métier d’historien, attentive à ses propres formes d’objectivation des phénomènes sociaux et aux modalités de l’accord qu’elles manifestent, les moyens du refus d’un positivisme poussiéreux et d’un relativisme clinquant » (Lepetit 2013, p.32).

 De ce point de vue, Deux siècles de travail en France avait au moins permis, d’une part de tester des techniques de reconstruction de séries longues pour en vérifier la probité, et d’autre part d’occasionner, chez quelques chercheurs en sciences sociales, des réflexions concernant l’usage des statistiques en histoire. Comme le soulignait É. Brian, ces développements devaient ainsi être considérés comme une invitation à « prolonger et systématiser une enquête historique sur les formes sociales d’objectivation des phénomènes sociaux » (Brian 1992, p.112). De même, pour C. Topalov, la « raison d’être » de cette étude n’était « pas seulement « scientifique » mais historique, ou sociale si l’on préfère. Le livre de Marchand et Thélot [invitait] ainsi à poursuivre l’élaboration d’une épistémologie historique des nombres d’État dont le matériau [venait] de s’enrichir d’un nouvel élément » (Topalov 1992, p.119).

De la déconstruction du travail statistique à la reconstruction d’objets en sciences sociales3

En 1992, les chercheurs invités à se prononcer sur le débat du Courrier des statistiques avaient donc d’emblée refusé la seule alternative entre positivisme quantitativiste et renoncement à toute quantification de longue durée qui était alors proposée par les statisticiens. Dans la décennie qui suivit, si leur appel à une étude historique des formes sociales d’objectivation des phénomènes sociaux fut bien entendu, ce fut essentiellement sur le terrain de l’étude des conditions de fabrication des statistiques. Le reflux du recours au produit de ces calculs ne fut, quant à lui, pas véritablement endigué et, à quelques exceptions près, tel (Blum 1994), c’est vraisemblablement l’affirmation de l’inanité d’une démarche de reconstitution de séries de longue durée qui a prévalu.

En 2001, É. Brian pouvait ainsi constater que la substitution d’une lecture « représentationniste » à une lecture « positiviste » des chiffres en histoire avait conduit à une mutation du rapport aux sources. Pour un même tableau, l’exploitation des chiffres avait laissé place à une focalisation sur « les rubriques des classifications » (Brian 2001, p.207). Six ans plus tard, avec Marie Jaisson il soulignait que :

« Dans le mouvement de critique historique de l’illusion de la neutralité des instruments, et tout particulièrement de celle des instruments quantitatifs, une idée fausse a germé et gagné du terrain. Il est banal d’entendre dire aujourd’hui qu’une enquête historique ou sociologique sur un procédé de calcul devrait présupposer ou conduire à un évanouissement du produit de ce calcul. C’est l’une des occurrences d’un lieu commun propre à nombre de travaux d’étude des sciences. » (Brian & Jaisson 2007, p.21)

Depuis le début des années 2000, plusieurs travaux ont toutefois été menés dans une logique de reconstruction. Prenant au sérieux la nécessité d’une étude approfondie des conditions de production des statistiques, leurs auteurs n’ont pas renoncé pour autant à l’exploitation des matériaux ainsi déconstruits. Quelques historiens, sociologues, démographes et statisticiens se sont saisis de phénomènes de longue durée et ont opté pour une approche « reconstructionniste » reposant sur la conviction d’un croisement possible entre l’analyse des chiffres et l’étude des rubriques de classification des tableaux anciens. Sur des objets très variés, ces travaux témoignent d’une volonté commune de ne pas s’arrêter à l’opération de déconstruction du travail et des catégories statistiques.

Je m’attarderai ici sur quatre exemples particulièrement représentatifs des principales directions prises par ces renouvellements. D’un point de vue synthétique, forcément un peu réducteur, il me semble possible de les classer en deux catégories de travaux. La première est représentée ici par l’étude de la démographie politique de l’Europe par (Labbé 2000) et par l’analyse du travail des femmes en France par (Maruani & Meron 2012). Elle consiste en une opération de reconstruction de séries longues dont les fluctuations, les biais ou les irrégularités sont considérés comme éclairants pour certains aspects proprement contemporains (qu’ils soient politiques, sociaux, etc.) des phénomènes mesurés. La seconde catégorie de travaux est exposée ici à travers les exemples de l’étude de l’évolution de la proportion des sexes à la naissance par (Brian & Jaisson 2007) et celle du nombre de victimes de la silicose par (Devinck & Rosental 2007). Elle relève d’une approche différente des biais, considérant que si les calculs anciens ne permettent pas de mesurer certains phénomènes, leur analyse sociologique et historique permet en revanche de faire apparaître d’autres phénomènes quantifiables à partir de l’exploitation raisonnée de ces mêmes matériaux.

Mieux lire les chiffres…

Labbé, 2000Particulièrement représentative de la première catégorie de ces travaux, la démographie politique de l’Europe que Morgane Labbé propose consiste donc en une reconstruction des mouvements démographiques, principalement à partir des sources de l’état civil, entendus comme un moyen d’appréhender les politiques de population. Elle considère en effet que « ces statistiques ne mesurent pas seulement la fréquence d’un événement démographique et à travers elle l’efficacité d’une politique de santé ou familiale » mais qu’elles peuvent aussi « exprimer un rapport entre la population et ses services, qui est de nature politique ». L’étude de cas qu’elle propose concernant deux populations minoritaires, les Albanais du Kosovo et les musulmans grecs de Thrace, repose par exemple sur des statistiques administratives.

Partant de là, non seulement la démographe ne néglige pas les risques d’enregistrement défectueux mais, de surcroît, elle considère que c’est justement la reconstitution de séries et l’identification d’éventuels biais dans les évolutions constatées qui doivent servir de point d’entrée dans une analyse historique et politiques des phénomènes étudiés. De ce point de vue, le biais n’est plus un obstacle mais un révélateur, véritable point de départ de l’enquête.

Morgane Labbé prend ainsi le contrepied, tant de l’approche positiviste supposant la nécessaire adaptation des séries à nos cadres de pensée, que de l’approche relativiste refusant toute exploitation de ces données. La démographe considère donc les lacunes et imperfections comme les traces d’un rapport entre les administrations statistiques et les populations mesurées dont il s’agit justement de comprendre les enjeux politiques :

« Les erreurs d’enregistrement statistique compromettent habituellement l’étude démographique et nécessitent de corriger les séries. Dans le cadre de notre problématique, l’analyse de ces erreurs, qui se traduisent aussi par des fluctuations anormales des séries statistiques, ne sera pas incompatible avec celle de la mortalité. Ces données erronées, ces « fautes » saisissent également des « défauts » dans les relations de la population avec les administrations, que nous interpréterons comme des perturbations causées par les troubles politiques. En conséquence, les chiffres, qu’ils varient sous l’effet des changements de l’état sanitaire ou de l’enregistrement statistique, appartiennent ici au même ordre de faits politiques. Pour ensuite interpréter ces fluctuations, on recourra à des données historiques et institutionnelles. Elles serviront moins à décrire un contexte qu’à bâtir des schémas explicatifs qui seront appliqués aux évolutions statistiques. » (Labbé 2000, p.18–19)

Maruani & Meron, 2012Plus récemment mais dans un même ordre d’idée, Margaret Maruani et Monique Meron ont proposé une reconstruction du travail des femmes en France au XXe siècle fondée sur l’exploitation des recensements généraux de la population. Sociologue et statisticienne, elles prennent le parti d’un double mouvement complémentaire de chiffrement, « recompter le travail des femmes au XXe siècle » et de déchiffrement, « ausculter l’art et la manière de fabriquer des statistiques ». Revenant dès les premières pages de leur introduction sur les discussions de 1991-1992 autour de Deux siècle de travail en France, les deux auteures adoptent une position très proche des historiens et sociologues qui renvoyaient dos à dos le positivisme et le relativisme des statisticiens alors en présence. Reconnaissant un véritable intérêt à la rétropolation opérée par O. Marchand et C. Thélot, tout en suivant « totalement » A. Desrosières sur la détermination des mesures statistiques par les conventions de définition et de codage préalablement adoptées, elles proposent une troisième voie que l’on peut rapprocher de celle de M. Labbé :

« Nous ne cherchons donc pas à recomposer des séries homogènes au plus près d’une réalité qui correspondrait aux définitions d’aujourd’hui, nous voulons tenter de comprendre les chiffres et leurs évolutions apparentes à partir des métamorphoses de définitions et des changements de points de vue sur l’activité laborieuse. En ce sens, ce sont les rugosités et les fissures qui nous intéressent dans les visions successives que les statistiques reflètent. Quitte à décrire une réalité approximative – et parfois lacunaire – nous allons tenter de nous fonder sur le regard du moment, puis chercher à retrouver les éléments d’explication, les ajouts, les manques et les changements de vision au cours du temps. (…) C’est bien aux décisions statistiques et donc aux choix politiques et sociaux des définitions du travail, de l’emploi et du chômage que l’on s’intéresse ici. Tel est le pari de ce livre : en regardant comment se construisent au fil des ans les statistiques de l’activité professionnelle des femmes, on peut raconter quelque chose de l’histoire de leur statut. » (Maruani & Meron 2012, p.13–16)

Dans un cas comme dans l’autre, la première catégorie de travaux « reconstructionnistes » envisagée ici correspond ainsi à une approche des séries de longue durée considérant les irrégularités ou les discontinuités comme autant d’indices d’un rapport spécifique entre l’objet de la mesure, en l’occurrence des populations spécifiques, et les services chargés de l’enregistrement statistique. La prise en compte des biais est ainsi considérée comme un moyen d’améliorer l’analyse quantitative du phénomène étudié. Si la seconde catégorie de travaux que je souhaite évoquer ici ne renonce pas non plus à la mesure, elle diffère de cette approche par les conséquences des défauts d’enregistrements sur la capacité des statistiques à mesurer ce pourquoi elles ont été produites.

…et construire de nouveaux objets

Pour leur analyse de la fabrication du nombre de victimes de la silicose dans les houillères en France depuis 1946, Jean-Claude Devinck et Paul-André Rosental décident eux aussi de considérer les biais comme un point de départ et non comme un obstacle à contourner.

Argument démographiqueEn effet, les deux historiens fondent leur analyse du « travail effectué par les houillères afin de dissimuler les dommages causés par la silicose et réduire les frais engendrés par sa réparation » (Devinck & Rosental 2007, p.75) sur les statistiques produites par les contemporains, caractérisées par un sous-enregistrement massif avéré des cas de silicose.

Mais ils ne s’arrêtent pas là. Si leur enquête permet de révéler de nombreuses lacunes dans la fabrication des statistiques et atteste l’impossible chiffrage du nombre réel de victimes de la silicose dans les houillères, P.-A. Rosental et J.-C. Devinck ne renoncent pas pour autant à l’exploitation du matériau quantitatif dont ils ont mis à jour les conditions de production.  En effet, s’ils soulignent que les chiffres mobilisés ne permettent pas de prendre la véritable mesure « du désastre humain, sanitaire et démographique qu’a représenté la silicose », ces mêmes statistiques constituent un point d’entrée inédit dans un autre objet : la gestion du personnel dans les houillères.

Mis en regard de leurs conditions de production, les taux de reconnaissance ou de refus de reconnaissance comme silicosés des mineurs malades, tout comme l’évolution des taux d’invalidité prononcés par les médecins des mines, deviennent les révélateurs d’une utilisation des différents stades de reconnaissance de la maladie comme instruments de gestion des carrières. La conjugaison d’un travail de déconstruction des statistiques et d’une analyse quantitative de ces mêmes statistiques conduit ainsi à l’émergence d’un nouvel objet de recherche.

Sur un autre terrain et dans une perspective différente, c’est une logique similaire qui anime l’analyse  des dynamiques du sex-ratio à la naissance par M. Jaisson et É. Brian.

Brian JaissonRefusant de sacrifier « au positivisme du moment », à la croyance du seul intérêt de « l’enquête génétique » ainsi qu’à l’illusion d’un possible entre-deux, ils nous invitent à nous arracher « au seul point de vue de méthode » en « revenant à l’objet » (Brian & Jaisson 2007, p.21–21). Dès lors, il s’agit de dépasser l’apparente incapacité de certaines sources statistiques à mesurer ce pourquoi elles avaient été fabriquées, à condition, en quelque sorte, de les prendre au sérieux :

« Dans ces conditions, le nombre des naissances enregistrées à l’état civil (…) mesure très exactement le bilan de cette action polymorphe : c’est le nombre des enfants admis à l’entrée de la vie sociale et reconnus à cette occasion comme relevant de l’un des sexes ou de l’autre (…). Les mêmes chiffres dont les statisticiens du XIXe siècle devaient déplorer les imperfections, eux qui y cherchaient une mesure positive des naissances biologiques, sont en fait les enregistrements exacts du phénomène social qu’on se propose d’étudier. » (Brian & Jaisson 2007, p.133)

En dépit de leur classification schématique en deux catégories, l’ensemble des travaux cités ici ont pour point commun de considérer que la déconstruction historique et sociologique des statistiques administratives ne saurait constituer une fin pour la recherche en sciences sociales.

Pour conclure (et poursuivre la discussion…)

On l’aura compris, l’inscription dans l’une ou l’autre des deux démarches exposées ne relève donc pas d’un hypothétique parti pris initial des auteurs, mais plutôt d’une prise au sérieux des conséquences de cette enquête sur la solidité des phénomènes sociaux étudiés. Les chercheurs engagés dans une telle démarche en font ainsi une condition préalable indispensable mais pas suffisante, un point de départ devant les conduire :

  •  soit à une meilleure appréhension quantitative de l’objet initial de la mesure (ici le travail des femmes, là les mouvements démographiques européens) ;
  • soit pour la construction de nouveaux objets qui émergent de l’enquête historique visant à déconstruire travail et catégories statistiques (du sex-ratio biologique à l’entrée des nouveaux nés dans la vie sociale ; du nombre de victimes de la silicose à la gestion des carrières des mineurs).

Dans le cadre de la thèse que j’ai consacré à la question des effectifs de l’État, j’ai souhaité m’inscrire dans la lignée de ces travaux « reconstructionnistes ». D’abord, à travers l’analyse critique des sources statistiques relatives au nombre de ses agents, j’ai proposé une lecture quantitative des transformations de l’État pour chacune des périodes successives composant le siècle que j’étudiais. Cette approche m’a permis de construire, au fil de chaque chapitre, des évaluations chiffrées sur le nombre des agents, sur leur répartition par ministères, par tranches de traitements ou selon leurs statut hiérarchique ou leurs sexes et âges par exemple.

Malheureusement, ces statistiques étaient fondées sur des définitions tellement variables et selon des méthodes de recueil si différentes qu’il restait impossible d’envisager, même après leur analyse historique et sociologique, la construction de séries longues couvrant les années 1850 à 1950.

021d072133En m’inspirant des orientations formulées par Jean-Claude Perrot concernant l’histoire intellectuelle de l’économie politique (Perrot 1992), j’ai construit une histoire concrète de l’abstraction « nombre des fonctionnaires ». Rapprochés les uns des autres, tous les chiffres identifiés, déconstruits et exploités dans le cadre de la thèse offrent en effet la possibilité d’une reconstruction quantitative, non pas de l’évolution du nombre réel des fonctionnaires, mais de celle de « la perception du nombre des fonctionnaires ».

Cette reconstruction sera l’objet de mon intervention de demain, et peut être d’un futur billet…

Références citées

Affichard, J. ed., 1977-1987. Pour une histoire de la statistique, t. 1 Contributions et t. 2 Matériaux, Paris: Économica & INSEE.

Annales, 1988. Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, p.291–293.

Annales, 1989. Tentons l’expérience. Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, p.1317–1323.

Asselain, J.-C., 2007. Le projet français d’histoire économique quantitative : ambitions et résultats, Économies et Sociétés, 41-4, p. 567–609.

Bezes, P., 2009. Réinventer l’État : les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris: Presses universitaires de France.

Blum, A., 1994. Naître, vivre et mourir en URSS, 1917-1991, Paris :Plon.

Borghetti, M. N., 2005. L’oeuvre d’Ernest Labrousse. Genèse d’un modèle d’histoire économique, Paris : Éd. de l’EHESS.

Borghetti, M. N., 2002, « L’histoire à l’épreuve de l’expérience statistique : l’histoire économique et le tournant des années 1930 », Revue d’histoire des sciences humaines, 6, p. 15–38.

Brian, É., 1992. Histoire de chiffres. Note sur la renaissance de l’arithmétique politique. Genèses, (9), p.107–113.

Brian, É., 2001. Nouvel essai pour connaître la population du royaume : histoire des sciences, calcul des probabilités et population de la France vers 1780. Annales de démographie historique, 38(2), p.173–222.

Brian, É., 2013. Préface. L’expérience brisée. In Les formes de l’expérience, une autre histoire sociale. Bibliothèque de l’évolution de l’humanité. Paris: Albin Michel, p. 7–14.

Brian, É. & Jaisson, M., 2007. Le sexisme de la première heure : Hasard et sociologie, Paris: Liber.

Daumard, A. & Furet, F. Méthodes de l’histoire sociale : les archives notariales et la mécanographie, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 14-4, 1959, p. 676–693.

Desrosières, A., 1992. Séries longues et conventions d’équivalence. Genèses, (9), p.92–97.

Desrosières, A. & Thévenot, L., 2002. Les catégories socio-professionnelles, 5e éd., Paris: La Découverte.

Devinck, J.-C. & Rosental, P.-A., 2007. Statistique et mort industrielle. La fabrication du nombre de victimes de la silicose dans les houillères en France de 1946 à nos jours. Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 95, p.75–91.

Foucault, M., 1966. Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris: Gallimard.

Foucault, M., 1997. “Il faut défendre la société”. Cours au Collège de France (1976), Paris: Gallimard & Le Seuil.

Labbé, M., 2000. La population à l´échelle des frontières. Une démographie politique de l´Europe contemporaine, Paris: Éd. de l’EHESS.

Labbé, M. ed., 2009. Recensement ethnique et changement de régime. Critique internationale, (45), p.9–94.

Lemercier, C. & Zalc, C., 2008. Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris: La Découverte.

Lepetit, B., 2013. Histoire des pratiques, pratique de l’histoire. In Les formes de l’expérience, une autre histoire sociale. Bibliothèque de l’évolution de l’humanité. Paris: Albin Michel, p. 15–32.

Lepetit, B., 1989. L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle. Histoire & Mesure, 4(3), p.191–199.

Lepetit, B., 1992. Séries longues, histoire longue. Genèses, (9), p.102–106.

Le Roy Ladurie, E., 1973. Le territoire de l’historien, Paris : Gallimard.

Marchand, O. & Thélot, C., 1991. Deux siècles de travail en France, Paris: INSEE.

Marchand, O. & Thélot, C., 1992. Pour une statistique historique. Genèses, (9), p.98–101.

Marczewski, J., 1965. Introduction à l’histoire quantitative, Genève: Droz.

Maruani, M. & Meron, M., 2012. Un siècle de travail des femmes en France, 1901-2011, Paris: La Découverte.

Perrot, J.-C., 1992. Une histoire intellectuelle de l’économie politique (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris: Éd. de l’EHESS.

Prochasson, C., 2008. L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée, Paris: Démopolis.

Rosental, P.-A., 2007. L’argument démographique. Population et histoire politique au 20e siècle. Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 95, p.3–14.

Rosental, P.-A., 2006. Pour une histoire politique des populations. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 61(1), p.7–29.

Topalov, C., 1992. Réalistes, nominalistes et conventions statistiques. Genèses, (9), p.114–119.

Vesentini, F., 2007. Introduction [dossier : Déviance, justice et statistiques]. Histoire & mesure, 22(2), p.3–11.

Weber, F. ed., 1992. Histoire et statistiques. Questions sur l’anachronisme des séries longues. Genèses, 9(1), p.90–119.

Crédits image de une : Moving Day by Andrew Morrell en cc sur Flickr

  1. En parallèle, car, comme les recherches de Maria Novella Borghetti l’ont établi, les relations entre Ernest Labrousse, les Annales et le marxisme ont été beaucoup plus conflictuelles que ne le veut la légende []
  2. Sur le projet d’histoire quantitative dont Jean Marczewski était porteur, on consultera (Asselain 2007) avec profit  []
  3. J’emprunte cette formule au titre d’une intervention d’Éric Brian lors d’une séance du séminaire de méthodologie de la recherche en histoire que j’animais à l’EHESS en 2010 []

3 réflexions au sujet de « Retour sur « l’anachronisme des séries longues » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *