Demi-journée « Archives de la statistique »

SFdSAprès une première demi-journée en novembre 2013, le groupe « Histoire de la Statistique » de la Société Française de Statistique (SFdS), en partenariat avec le Centre Koyré (EHESS/CNRS), organise une 2de demi-journée d’étude et de rencontres autour des « archives de la statistique ».

J’aurai le plaisir d’y faire un exposé intitulé « La statistique des fonctionnaires ou l’exemple d’un non objet (France, 1850-1950)« 

Argument et programme de la journée :

Archives de la statistique
Les « mémoires » de la statistique : formation, composition et usages

 

le lundi 8 décembre 2013 (14h-17h)

Institut Henri Poincaré, 11 Rue Pierre et Marie Curie, 75005 Paris

Salle 421 (4e étage)

Les archives de la statistique ne retiennent guère l’attention des historiens, en dehors d’un intérêt limité, chez les représentants de l’approche quantitative, motivé par la nécessaire critique des sources chiffrées. Les réflexions et travaux des dix dernières années sur les archives se sont souciés d’en rendre compte sous leurs formes variées, mais ont aussi négligé la statistique. Cette mise à l’écart fait bien entendu écho à la situation d’une activité qui se situe aussi bien dans le monde académique que dans l’administration, et qui laisse des traces matérielles hétérogènes (textuelles, tabellaires, formulaires, graphiques, etc.). Aussi ceux qui font l’histoire de la statistique ont-ils exploré et travaillé des fonds distincts (bureau de statistique, archives privées d’un statisticien particulier, etc.) sans que cela conduise à thématiser et problématiser la question de l’archive de la statistique.

Cette seconde rencontre vise à continuer à répondre à trois types de questions :

  • Des questions de définition : que peut recouvrir le terme « d’archives de la statistique » à différentes périodes ? Quels types d’archive, de quelles traces matérielles sont-elles constituées, et pour quel usage (dénombrement, codification, mise en tables, en séries, en résumés, inscription dans une modélisation, une rhétorique de la preuve, un dispositif de gouvernement) ?
  • Quelles sont les conditions historiques et institutionnelles de la création des fonds existants ; Comment ces archives ont-elles été créées ? Quels ont été les choix de la mise en archive (inventaire, mode de classement) ; Quel fut leur devenir (disparition, transfert de fonds) ; comment et à quelle fin les fonds ont-elles été exploités ?
  • Quelles sont actuellement les conditions pratiques d’accès à ces archives ? ; Où sont-elles conservées ? Dans quel état sont-elles ? Comment améliorer ces conditions de conservation, de mise à disposition, de diffusion ?

Comme l’an passé, la demi-journée associe des archivistes de diverses institutions et des praticiens des sciences sociales – historiens, sociologues, politologues, statisticiens, etc.

Les interventions d’une trentaine de minutes seront suivies de questions et d’échange avec le public

Programme

Gersende Piernas (Archives nationales du monde du travail, ANMT, Roubaix Nord),  « Les statistiques dans les archives d’entreprises des ANMT »

Geneviève Profit (Archives nationales Pierrefitte), « Le fonds Desrosières a un an, bilan et perspectives »

Laurence Lestel (CNRS Université Pierre et Marie Curie), « Les statistiques et la reconstitution d’états environnementaux passés. Le cas des métaux non-ferreux dans le bassin de la Seine (1815-2009) »

Emilien Ruiz (post doc IEP Paris), « La statistique des fonctionnaires ou l’exemple d’un non objet (France, 1850-1950) »

Contact : beatrice [dot] touchelay [at] free.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *