Les chiffres, on leur fait dire s’qu’on veut (une variante académique)

Il y a quelques mois, j’étais revenu sur la façon dont l' »observatoire des subventions » – rebaptisé depuis « observatoire des gaspillages »- jouait avec les statistiques relatives au nombre des fonctionnaires.

La déconstruction de la manipulation que ce site antifiscaliste opérait n’avait rien de très compliqué : il fallait juste prendre le temps de retourner aux sources (les chiffres mis en ligne par l’INSEE) et de comparer les périmètres choisis par les producteurs des statistiques (tel l’OCDE) et ceux que citaient les auteur du billet.

RIPS1_050_L204Je découvre par hasard que, sur ces mêmes thématiques, les officines idéologiques n’ont pas le monopole de telles pratiques. Au détour d’une recherche google sur le titre de ma thèse pour envoyer le lien dans un tweet, j’ai découvert il y a quelques semaines qu’elle était citée dans une revue dont la version numérique est hébergée sur Cairn.info, la Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels. Passée la première réaction de plaisir à voir que ma thèse avait été peut être lue par des chercheurs et citée dans un article de revue, j’ai lu l’article en question… je n’ai pas été déçu.

« La dangerosité sociale est-elle inhérente à la path dependence ?« 

Notons que les auteurs de ce texte ne sont pas – a priori – les cousins éloignés de Jean-Pierre Tremblay : professeurs d’université en management / gestion, rédacteurs en chefs de la revue, dirigeant d’écoles de management… Leur article constitue un avant propos au dossier sur « la dangerosité sociale inhérente ». D’emblée, les co-auteurs de l’article donnent une définition quelque peu personnelle du concept de « path dependence » :

« Au sein de la doctrine providentielle sociale française, règne la path dependence : un attachement indéfectible au passé et un rejet aversif du risque et du futur. Il en résulte une protection sociale inadaptée qui est devenue un prédateur économique jetant les classes moyennes dans la pauvreté. Pourtant les élus n’y renoncent pas car elle constitue un acquis de la Résistance. Son maintien absolu provoque des problèmes de régulation justifiant l’entretien de coûteux complexes juridiques et organisationnels, dont les vagues successives d’élus amplifient encore la complexité au fil du temps. Or, d’après la théorie cybernétique, tout organisme qui se complexifie, chemine inéluctablement vers un état provisoire – le chaos -avant d’atteindre un état final : l’effondrement. Ainsi, une société ancrée dans une dépendance au passé, est-elle menacée par un risque civilisationnel majeur, celui de sa disparition. » (Source, premier § de l’article)

Bon, il faut dire que dès ce premier paragraphe, j’ai éprouvé une brève inquiétude quant à l’usage qui pouvait avoir été fait de ma thèse.1

Quand les auteur en sont arrivés aux fonctionnaires, j’en ai eu le cœur net :

« Citons également ce propos d’un inspecteur du fisc (seconde administration qui encadre tout micro entrepreneur), à propos d’un contrevenant : « Nous allons le plomber, juste ce qu’il faut, de façon à ce qu’il ne cesse pas son activité, mais de façon qu’il soit obligé de recommencer à tricher : maintenant, il va travailler pour nous jusqu’à la fin de sa vie ». Pour autant cet état d’esprit n’est pas récent puisqu’il est déjà perceptible en 1846 alors que 200000 fonctionnaires français selon RUIZ (2013) rendent le service public le plus onéreux par rapport à 13 pays comparables : le service public français est 4 fois plus cher que le service public Suisse, il est 3 fois plus cher que le service public aux États-Unis ou qu’en Russie, 2 fois plus que le service public en Angleterre, aux Pays-Bas ou en Bavière, etc. (Voir graphique en annexe).

La citation « En France on plante des fonctionnaire et il pousse des impôts », popularisée par Coluche, serait attribuable à Georges Clémenceau. Elle illustre la stratégie mise en place par l’État pour échapper à la dualité mise en évidence par le marxisme qui voit deux classes face-à-face, les patrons et les ouvriers, les dominants et les dominés. Cette vision débouche, avec Lénine, sur la certitude qu’il faut éradiquer les patrons et autres « riches ». À la fin de la seconde guerre mondiale, le Conseil National de la Résistance jette les bases de l’État providence qui ouvre une troisième voie. À ceux qui ne peuvent pas devenir patron, mais qui ne veulent pas pour autant devenir des ouvriers prolétaires, dans la mesure où ils acceptent de se soumettre à ses concours de recrutement, l’État providence propose un statut à vie, celui de fonctionnaire. Ce statut étant financé par confiscation fiscale, il constitue – d’une certaine façon – la réalisation de la révolution sans violence, théorie chère à Jean Jaurès. Toutes les personnes qui ont vécu ou étudié ces années d’après guerre peuvent témoigner d’une France où il n’y avait que des salariés d’entreprises, une volumineuse classe ouvrière et très peu de fonctionnaires – à part les cheminots – qui se transforme doucement en une France où il y a de plus en plus de fonctionnaires, de moins en moins de salariés d’entreprises et peu de chefs d’entreprise. » (p. 66-67)

Passons sur la rhétorique antifiscale  et la construction d’un discours qui semble tout droit sorti d’un tract de l’observatoire des subventions… Arrêtons-nous sur l’usage qui est fait de ma thèse. Le graphique repris en annexe par les auteurs est le suivant (p. 69) :

GraphP69

Et revenons maintenant sur ce que j’en dis dans la thèse… Le lecteur qui aurait voulu vérifier par lui-même devait se débrouiller avec Google bien sûr ; bien que la thèse soit en ligne sur TEL, aucun lien n’est mentionné dans la bibliographie, et la page à laquelle se référer non plus… Le plus simple est que je vous reproduise ici le passage en question. Vous pouvez aussi bien sûr directement aller voir dans la thèse (p. 53-55) :

« Le Grand dictionnaire universel offrait une illustration chiffrée du phénomène (voir le récapitulatif dans le graphique I.1. suivant). En 1867 (article « Centralisation ») le fonctionnarisme était mesuré à l’aune du « prix que coûtent, par habitant, les services publics ». Le tableau présenté, dont « l’éloquence » dispensait son auteur de « tout commentaire », plaçait la France parmi les pays dont les services publics étaient les plus coûteux, loin derrière un pays ayant atteint un « degré de perfection » sans égal, les États-Unis. En 1872 (article « Fonctionnarisme »), ce fut le « nombre des fonctionnaires de tout ordre » qui fut présenté en comparaison à celui de 1854.

En dépit de leur « éloquence », la précision – au centime près – des données fournies concernant le coût des services publics par habitant en 1867 – dont il n’est pas précisé s’il s’agit d’un coût journalier, mensuel ou annuel – laisse songeur. Mais malheureusement aucune source n’est, même vaguement, mentionnée par l’auteur. L’évaluation du nombre des fonctionnaires donnée pour 1854 reste, elle-aussi une énigme que je n’ai pu résoudre. Elle est basée, selon l’auteur, sur « une statistique qui date de 1854 », mais aucune de celles que j’ai pu retrouver pour les années 1845-1860 ne correspond à cette année-là. L’évaluation proposée pour 1872 reposait quant à elle sur une extrapolation de cette statistique précédente par l’auteur, qui ajoutait les « employés des chemins de fer », qui s’élevait « [disait]-on, à 80 000 hommes » et de quelques milliers d’autres agents non mentionnés. »

Je pense – et comme je n’ai pas le temps ça m’arrange – que la comparaison des deux textes se passe de commentaire…  Si ce n’est que, oui, vraiment, les chiffres on leur fait dire ce qu’on veut !

  1. Pour ceux qui ne seraient pas familiers du concept de path dependence, je vous invite à lire l’entrée éponyme du dictionnaire des politiques publiques ou encore cet article du même auteur, Bruno Palier, publié dans la Revue française de science politique en 1999 (avec Giuliano Bonoli) : « Phénomènes de Path Dependence et réformes des systèmes de protection sociale » []

Une réflexion au sujet de « Les chiffres, on leur fait dire s’qu’on veut (une variante académique) »

  1. Je ne sais pas trop ce qui me choque le plus : le détournement de références (qui disent exactement le contraire) ou la construction d’un raisonnement résolument non-scientifique à partir de clichés et de cherry picking, qui constitue apparemment la marque de fabrique de la revue. Au moins, avec l’open access, ces pratiques sont rendues visibles. J’ai bon espoir qu’elles ne puissent plus se perpétuer dans l’indifférence générale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *