83 600 fonctionnaires en plus en 2013 ? Non, toujours pas…

PlusDeClosetsJe publiais samedi un billet intitulé « Toujours plus ! Encore plus ! Jamais autant ! » qui – faisant en partie référence à la Grande-Littérature-Française que nous offre depuis quelques décennies François De Closets – revenait sur le traitement opéré par une grande partie de la presse1 des dernières statistiques publiées par l’INSEE à propos de l’emploi dans les trois versants de la Fonction publique en 2013.

À l’occasion du suivi de ma veille distante sur « fonctionnaires » et « trop de fonctionnaires » dimanche, j’ai rapidement compris que mon billet, certes plus lu et relayé que je ne l’aurais imaginé pour une publication de ce type en plein week-end, avait rapidement été éclipsé par une publication n’hésitant pas à détourner un montage que j’avais réalisé pour un billet antérieur : « 83 600 fonctionnaires en plus en 2013 ! C’est la rigueur à la sauce hollandaise ! » (il n’y a pas qu’aux chiffres qu’on fait dire ce que l’on veut…)

Or, article consulté, je découvrais que l’auteur du blog en question, comme de nombreux énergumènes de son espèce y compris dans le domaine « académique », n’a en réalité pas écrit d’article mais simplement « détourné du trafic » vers son site en reprenant un papier d’Agnès Verdier-Molinié publié dans le Figaro Magazine qui m’avait échappé lors de l’écriture du précédent billet.

"Le chiffre des experts. 83 600 fonctionnaires de plus en 2013" - Figaro Magazine, 24 avril 2015 - p. 24
« Le chiffre des experts. 83 600 fonctionnaires de plus en 2013 » – Figaro Magazine, 24 avril 2015 – p. 24

Il eut été dommage de ne pas revenir un peu sur ce papier qui semble connaître un certain succès, tant il est représentatif des méthodes d’intox si classiques qu’elles semblent totalement passer inaperçues. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, un bref détour s’impose…

Qui est Agnès Verdier-Molinié et qu’est-ce que l’iFrap ?

C’est dans la signature de l’article : la seconde est directrice du premier. Certes, vous voici bien avancés… Prenons quelques portraits disponibles en ligne :

Wikibéral nous dit qu’elle est « diplômée d’Histoire économique contemporaine et vice-présidente de l’iFRAP, pour lequel elle travaille, avec le Parlement et les cabinets ministériels, à la réforme de nos institutions et de nos politiques publiques« . Wikipédia est plus complet sur sa formation : elle est titulaire d’une maîtrise d’histoire contemporaine portant sur « les scandales politico-financiers sous Pompidou, vus par le Canard enchaîné ». Pour le reste, vous en apprendrez plus via le portrait dressé par Dominique Albertini pour Libération en septembre 2013. Extrait :

« Entrée à l’Ifrap en 2002, la jeune femme n’a mis que cinq ans à prendre la tête du think tank. Avec la bénédiction émue de son créateur, Bernard Zimmern, vieux grognard de l’antifiscalisme.(…) A en croire le fondateur de l’Ifrap, il faut remonter loin pour comprendre les dispositions de sa pupille : «Agnès sort d’une famille de terriens, de vieux Français solides. Cet ancrage la protège des artifices bobos, des effets de manche.» »

Le site militant « Terrains de luttes » permet de mieux comprendre ce que veut dire « de vieux Français solides », je vous laisse le découvrir dans cet article instructif

L’iFrap se présente comme un « think tank dédié à l’analyse des politiques publiques », un « laboratoire d’idées innovantes » (bandeau d’accueil du site). Né en 1985 sous la forme d’une association, l’iFRAP a été reconnue « fondation d’utilité publique » en 2009. Cet « Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques » a été fondé par Bernard Zimmern, l’un des fondateurs de « Contribuables associés »2 aussi connu pour son anti-syndicalisme3 .

Sa reconnaissance comme fondation d’utilité publique est importante à noter : cela permet à l’iFrap d’être indirectement financé sur fonds publics. Cela ne manque pas de sel : depuis sa naissance, le cheval de bataille de l’iFrap, c’est la dénonciation de la dépense publique, sous toutes ses formes, quitte à prendre quelques libertés avec l’honnêteté intellectuelle… (nous allons y venir très vite ici). Pourquoi prendre le temps de ces brefs rappels ? Parce que de plateau de télévision en émission de radio, ce think tank et sa présidente, de plus en plus présents – notamment sur le service public4 – ne sont que très rarement présentés comme des militants libéraux, antifiscalistes et anti-étatistes. Que l’on me comprenne bien, cette position est tout à fait respectable, mais à condition qu’elle soit assumée et mentionnée aux spectateurs et auditeurs… et non drapée des faux-semblant du bon sens et de l’expertise.

Revenons à nos… fonctionnaires

Oui parce que ce petit « bonus » prend le chemin d’un billet encore trop long…

J’ai, pour en faciliter l’analyse, numéroté les lignes du papier (voir l’image supra).

Notons d’abord le titre « 83 600 fonctionnaires de plus en 2013« . Si vous avez lu le billet précédent, vous savez déjà en quoi cette affirmation, pour accrocheuse qu’elle soit, est totalement, absolument et définitivement mensongère. D’ailleurs, l’auteure prend bien soin de ne plus parler ensuite que « d’emplois publics » (lignes 3, 7, 17, 35-36, 40) ou « d’agents » ou « d’agents publics » (lignes 10, 14, 22, 32).

Reste qu’une fois enregistré le titre « FONCTIONNAIRES » en gras et en capitales, le lecteur ne retient que cela, encore des privilégiés qui vont bénéficier d’un emploi à vie… Bien entendu, vous ne trouverez ici aucune mention du fait que l’essentiel de ces emplois concerne des non-titulaires et que beaucoup correspondent à des temps partiels.

Bien entendu, les emplois aidés de sont en revanche pas oubliés. Lignes 18 à 24 :

« On retiendra aussi 2013 comme l’année comptant le plus grand nombre d’emplois aidés (…). Si l’on fait l’addition, entre augmentation du nombre d’agents (35 400) et augmentation du nombre d’emplois aidés (48 200) dans nos trois fonctions publiques, ce sont bel et bien 83 600 personnes qui ont été embauchées en plus en 2013« 

On oublie simplement de préciser que tous sont temporaires et que pour leur grande majorité, et malgré une forte croissance des temps complet, il s’agit d’emplois à temps partiel. Il représentent en effet 60% des emplois aidés dans la FPH et la FPT, et 56% dans la FPE5 .

L’égérie télévisuelle des anti-fiscalistes fait mine de s’interroger (lignes 27 à 30) :

« Faut-il y voir la marque d’un gouvernement qui croit encore que l’on résout le problème des mauvais chiffres du chômage en embauchant dans le secteur public ?« 

C’est difficile, mais prenons cette question au sérieux… D’après les chiffres publiés par l’INSEE le 5 mars 2015, le taux de chômage en France au sens du BIT établi d’après les résultats de l’enquête emploi au quatrième trimestre 2014 était d’environ 10%. Cela correspond à 2 877 000 personnes. Même en restant sur le chiffre discutable de 83 600 « emplois publics », on ne saurait sans rire parler « d’amélioration des chiffres du chômage ».

Finissons en beauté avec la mise en relation entre la croissance de « l’emploi public » et de la population dans son ensemble « depuis 1980 » (lignes 38 à 41) :

« Depuis 1980, la population française a augmenté de 20%. Sur la même période, l’emploi public de 42%. Cherchez l’erreur.« 

Faisons comme si cette affirmation avait un sens… Faisons comme si nous oublions que la question du nombre d’agents par habitant ne nous dit strictement rien du périmètre des services publics, de l’évolution des fonctions de l’État, etc. Prenons, ici encore, les chiffres de l’INSEE.

D’après les données harmonisées des recensements de la population (disponibles sur le site de l’INSEE), il y avait, en France métropolitaine6 :

  • 54 298 612 habitants en 1982
  • 63 069 964 habitants en 2011

L’augmentation a donc été de 16% et non de 20%. Sauf à avoir inventé ce pourcentage, arrondir de 4% quand il s’agit de millions de personnes, c’est un peu… rapide. D’autant plus que cela aurait été dans le sens de l’argumentation développée… Ceci dit, peut-être est-elle partie des estimations annuelles de l’INSEE de 1980 à 2014. Cela donnerait une augmentation de 18,9% entre 1980 (53 731 387 habitants) et 2014 (63 920 247 habitants). Ce n’est toujours pas 20, mais l’arrondi pourrait être acceptable…

Reste la grande question : d’où sortent ces 42% d’augmentation de « l’emploi public » au court de la même période ?

Si l’on s’en tient au champ couvert par l’article, il s’agit de l’emploi dans les trois versants de la Fonction publique. Or, il n’existe pas de série statistique fiable sur l’évolution de l’emploi public au cours de cette période (1980-2013, voire 2015 puisque c’est « depuis 1980 »), notamment compte tenu des transformations des modes de comptages introduites par SIASP en 2009/2010. Pour les statistiques utilisées dans le billet précédent pour évaluer la croissance des effectifs entre 2009 et 2013 par exemple, l’INSEE spécifie bien que les données des années antérieures fournies à titre indicatif pour 2007-2008 ne sont pas comparables avec celles de 2009-2013.

L’édition 2014 du rapport annuel de la DGAFP (PDF) propose néanmoins une évaluation de la croissance des effectifs des trois versants de la FP entre 2002 et 2012, chiffrée à 6,7% (p.83).

Pour faire plaisir à A. V.-M. et bien que je maintienne que ce type de comparaisons pour elles mêmes n’ont aucun sens, je me suis amusé à rapporter cela à l’évolution de la population en France entière7 pour la même période :

2002 : 61 385 070 || 2012 : 65 241 241 || Croissance : + 6,3%

Il existe toutefois d’autres rapports qui permettent de se faire une idée de la croissance des effectifs des trois FP depuis 1980 – sans que la fiabilité des données mobilisées pour cela ne soit bien établie.

Celui d’Annie Brenot Ouldali (en-tête Fonction publique) sur les « séries longues sur l’emploi dans la fonction publique 1980-1998 » (PDF) – champ des 3 fonctions publiques :

1980 : 4 601 800 || 1998 : 5 397 000 || Croissance de 17,3%

Une note de Patrick Taillepied (en-tête Finances), comparant l’évolution de l’emploi public en France et en Grande-Bretagne entre 1980 et 2003, proposait l’évaluation suivante (PDF) – champ des 3 fonctions publiques :

1980 : 3 865 0008 || 2003 : 5 213 000 || Croissance de 34,9%

Un rapport de la Cour des comptes de 2008 propose une évaluation des effectifs entre 1980 et 2007 (PDF) – champ des 3 fonctions publiques :

1980 : 3 864 960 || 2007 : 5 267 935 || Croissance de 36,3%

Les auteurs précisent que les profs de l’enseignement privé sous contrat (99 650 en 1980 et 154 000 en 2006) ne sont pas compris. Si on les ajoute9 on arrive à une croissance de 36,8%.

Prenons l’évaluation de la Cour des comptes incluant le privé sous contrat en 1980 : les effectifs totaux auraient donc été de 3 964 610. Imaginons que les chiffres de la note Insee Première concernant les effectifs de 2013 soient vraiment comparables (ce qui n’est pas le cas !). Alors, on arriverait à obtenir une croissance de 41,3%.

Voici, probablement – s’il n’a tout simplement pas été inventé – l’origine de ce pourcentage de 42% annoncé par A. V.-M. On trouve finalement toujours de quoi faire dire ce que l’on veut aux chiffres… tant que l’on est pas trop à cheval sur la comparabilité des données.

De la « défaillance de l’information statistique »

Le 2 septembre 2012, le mentor d’Agnès Verdier-Molinié à l’iFrap publiait sur son site un billet intitulé « L’INSEE, la défaillance de l’information statistique« . Achevons ce billet déjà bien trop long sur un extrait de cette note  :

« Tant que l’INSEE continuera de traiter lui-même les données brutes qu’il rassemble, tant qu’il ne se sera pas développé un traitement privé de l’information statistique (…) nous continuerons d’avoir des analyses économiques complètement faussées et des politiques publiques qui tombent dans le vide« 

[Sic]

  1. il faut toutefois noter quelques exceptions, de la Gazette à l’Humanité pour ne citer que deux exemples très différents []
  2. Dont il a déjà été indirectement été question ici : une officine antifiscaliste « indépendante de tous partis politiques » dont les entrées sur Radio Courtoisie ne trompent néanmoins pas grand monde… voir ce billet []
  3. Voir la recension (PDF) que fit Yvon Gattaz de son ouvrage La dictature des syndicats dans Le Figaro en 2003 []
  4. Lire cet article étayé et très instructif par Martin Coutellier sur le site Acrimed []
  5. Voir la brochure Insee Première, encadré page 2 []
  6. les données en ligne de l’INSEE ne permettent pas d’évaluer la population des DOM pour 1982 dans les données harmonisées ou pour 1980 pour les estimations []
  7. D’après les estimations annuelles de l’INSEE, y compris les DOM, les agents comptabilisés dans le rapport de la DGAFP comprennent aussi les effectifs de France entière []
  8. On notera la différence d’évaluation du nombre des agents pour 1980 entre cette note des Finances et celle de la Fonction publique… On retrouve un enjeu central de la comparabilité des données, de l’étude de leurs modes de production et de leurs usages… Voir ma thèse à ce propos pour une analyse pour la période 1850-1950 []
  9. Mais comme les subventions pour sa fondation, gageons qu’A. V.-M. n’a rien contre le financement public de l’école dite libre []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *