Abstract par tanakawho en cc sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/28481088@N00/8685945832/

Quantifier une abstraction ?

Annexe à l’article paru dans Genèses, n°99, juin 2015

GEN_099_L204Si vous n’êtes pas un.e habitué.e du carnet Penser/Compter, vous consultez probablement ce billet car vous avez lu mon article paru dans le n°99 de Genèses : Quantifier une abstraction ? L’histoire du « nombre fonctionnaires » en France.

Dans cet article, je présente le cadre analytique « reconstructionniste » que j’ai expérimenté dans ma thèse pour appréhender la question de l’évolution du « nombre des fonctionnaires ».

Les graphiques y sont insérés en noir et blanc pour des raisons éditoriales mais cela ne doit pas constituer véritablement un obstacle à leur lecture. Les voici néanmoins en couleur et en grand format :

J’ajoute aussi, toujours en n/b le tableau de la figure 5 car sa version numérique mise en ligne sur Cairn est très de mauvaise qualité…

Mais le format imprimé implique une contrainte plus lourde que la question des couleurs, contrainte que seule l’édition numérique permet de dépasser : le caractère figé, immobile des graphiques1 .

Dans l’article de Genèses la figure 1 représente l’évolution de la perception du « nombre des fonctionnaires » et de ses variations de 1845 à 1949. L’agrégat de l’intégralité des chiffres relatifs à ce nombre cités dans la thèse offre ainsi une formalisation des perceptions contemporaines de l’abstraction « nombre des fonctionnaires » : chaque point correspond à un chiffre cité ; chaque interpolation représente une déclaration rétrospective.

Comme je l’indique dans l’article, une telle représentation donne à voir d’emblée et simultanément les effets de l’instabilité des définitions mobilisées, ceux de la variabilité des modes de constructions statistiques adoptés et la relative marginalité des déclarations les plus péremptoires.

En présenter ici une version animée2 permet de mieux visualiser l’évolution de cette perception dans le temps. J’ai donc décomposé la figure 1 de l’article en 21 séquences. Chaque étape correspond aux chiffres cités au cours des années mentionnées en titre : les « nombre de fonctionnaires » cités entre 1845-1850 inclus, puis en 1850-1855, et ainsi de suite jusqu’en 1945-1949 (la dernière séquence est donc moins longue que les autres d’une année).

On visualise ainsi un peu mieux les moments au cours desquels les acteurs faisaient référence aux chiffres du passé pour – le plus souvent – dénoncer la croissance des effectifs

Évolution de la perception du « nombre des fonctionnaires » et de ses variations (1845-1949)
Évolution de la perception du « nombre des fonctionnaires » et de ses variations (1845-1949) – cliquez sur l’animation pour l’agrandir – cliquez ici pour voir une version accélérée

 

Ainsi animé, ce graphique permet de mieux saisir plusieurs éléments, en particulier :

  • la rareté des chiffres produits et cités avant les années 1890 et dans les années 1920 et, inversement, les investissements importants des années 1905-1915 et 1945-1949.
  • les mutations du rapport des contemporains à l’évolution des effectifs à travers le changement, après la Grande Guerre, de la période de référence censée témoigner de l’accroissement des effectifs: de l’avant-IIIe République à l’avant-14.

Bien entendu, ces deux constats ne disent rien par eux-mêmes… pour aller plus loin je ne peux que vous renvoyer à l’article de Genèses, voire… à ma thèse !

 


Édit.  du 10/07/2016 : pour les lectrices et lecteurs qui n’auraient pas accès à la version sous barrière mobile de l’article, une version auteur est librement accessible sur HAL-SHS


 

 

______

Crédit image de une : « abstract » par tanakawho en cc sur Flickr

 

  1. je vous renvoie à ce propos à l’excellente annexe électronique d’Éric Brian et Marie Jaisson pour leur ouvrage Le sexisme de la première heure. Hasard et sociologie, Paris, Raisons d’agir, 2007 : S1h. Si ici il s’agit « simplement » d’animer un graphique pour en améliorer la lecture, Éric Brian et Marie Jaisson proposent quant à eux diverses simulations []
  2. Sur l’animation d’un graphique ou une carte, je vous renvoie au passage à mon petit tutoriel du côté de la boîte à outils []

Une réflexion au sujet de « Quantifier une abstraction ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *