À propos

Penser/Compter vise à rendre de compte de mes recherches autour des questions posées par les processus de quantification à l’époque contemporaine. Il s’agit de penser ensemble déconstruction du travail statistique et analyse de ses usages (ou non-usages) politiques, administratifs, savants, etc. sans renoncer à considérer le matériau quantitatif comme une source pertinente pour les sciences sociales.

Dans ma thèse de doctorat en histoire, intitulée “Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)” (préparée sous la direction de Marc Olivier Baruch et soutenue le 16 septembre 2013) j’ai mobilisé une analyse simultanée du processus de fabrication du nombre des fonctionnaires, de son usage par les contemporains et de l’élaboration d’une politique de la fonction publique. Une telle démarche visait à proposer une relecture du processus de développement administratif au prisme de l’évolution du nombre des serviteurs de l’État, tout en interrogeant la pertinence d’une application de la notion de “gouvernement par les nombres” à la question des effectifs de l’État.

Avec ce carnet de recherche, je souhaite revenir sur mes premiers résultats et poursuivre la réflexion…

Pour en savoir plus sur moi, voir ici (et éventuellement et ). Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter @mXli1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fabriques et usages des nombres (XIXe – XXe siècles)