Tous les articles par Émilien Ruiz

Maître de conférences à l'Université de Lille 3 | En savoir plus...

Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)

J’espère que la lecture de mon exposé de soutenance vous aura donné envie d’en savoir un peu plus sur ma thèse. Grâce au serveur TEL (pour « thèses en ligne »), environnement particulier de HAL-SHS, archive ouverte de dépôt de travaux scientifiques en libre accès par leurs auteurs, vous allez même pouvoir, si vous le souhaitez, la lire dans son intégralité… Continuer la lecture de Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)

De quoi parle ma thèse ? Mon exposé de soutenance

TheseJ’ai soutenu ma thèse de doctorat en histoire [édit : désormais en ligne] lundi 16 septembre 2013 devant un jury composé de :

Marc Olivier Baruch, directeur d’études – EHESS (directeur de la thèse) ; Philippe Bezes, chargé de recherche au CNRS – CERSA, Université Paris II ; Claire Lemercier, directrice de recherche au CNRS – CSO, Sciences Po. (rapporteure) ; Frédéric Monier, professeur des universités – Université d’Avignon (rapporteur) ; Paul-André Rosental, professeur des universités – Sciences Po. et INED ; Béatrice Touchelay, professeure des universités – Université de Lille 3

Je publie, en guise d’introduction à ce carnet de recherche, le texte préparé en vue de l’exposé que j’ai prononcé lors de cette soutenance pendant une vingtaine de minutes. J’y ai ajouté quelques illustrations ainsi que des références en liens. Comme de coutume, « seul le prononcé fait foi ». Continuer la lecture de De quoi parle ma thèse ? Mon exposé de soutenance

Penser/Compter

Penser/Compter vise à rendre de compte de mes recherches autour des questions posées par les processus de quantification à l’époque contemporaine. Il s’agit de penser ensemble déconstruction du travail statistique et analyse de ses usages (ou non-usages) politiques, administratifs, savants, etc. sans renoncer à considérer le matériau quantitatif comme une source pertinente pour les sciences sociales.

Dans ma thèse de doctorat en histoire, intitulée « Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950) » (sous la direction de Marc Olivier Baruch, soutenance le 16 sept. 2013) j’ai mobilisé une analyse simultanée du processus de fabrication du nombre des fonctionnaires, de son usage par les contemporains et de l’élaboration d’une politique de la fonction publique. Une telle démarche visait à proposer une relecture du processus de développement administratif au prisme de l’évolution du nombre des serviteurs de l’État, tout en interrogeant la pertinence d’une application de la notion de « gouvernement par les nombres » à la question des effectifs de l’État.

Avec ce carnet de recherche, je souhaite poursuivre la réflexion, en y incluant mes nouvelles recherches (actuellement post-doctorant dans le cadre projet de recherche SILICOSIS financé par le Conseil européen de la recherche (ERC) et dirigé par Paul-André Rosental, je suis chargé d’une enquête de démographie historique sur les morbidité et mortalités liées aux pneumoconioses à l’époque contemporaine qui me conduit à mobiliser le même type d’approche sur un autre terrain).