[À lire ailleurs] « L’Afrique et ses statistiques » par Sandrine Mesplé-Somps (La vie des idées)

Lire sur LVDILa vie des idées publie aujourd’hui une recension intéressante (à propos d’un ouvrage de Morten JervendPoor numbers. How we are misled by African development statistics and what to do about it, Ithaca and London, Cornell University Press, 2013, 187 p.) dont je vous recommande la lecture Continuer la lecture de [À lire ailleurs] « L’Afrique et ses statistiques » par Sandrine Mesplé-Somps (La vie des idées)

[À lire ailleurs] Note de Romain Ducoulombier sur les effectifs du PCF

"Compte moi si tu peux"Je vous recommande la lecture d’une note publiée à la fois sur le carnet de recherche de l’ANR paprik@2F et sur le site du collectif Fragments sur les temps présents :

« Compte-moi si tu peux : la question des effectifs du PCF »
par Romain Ducoulombier (lire ici ou ) Continuer la lecture de [À lire ailleurs] Note de Romain Ducoulombier sur les effectifs du PCF

Faire une histoire de l’État par ses effectifs ?

[Ce billet est un résumé des 41 pages qui composent l’introduction de ma thèse, dont quelques éléments figurent déjà dans le texte de mon exposé de soutenance. Il s’agit pour moi d’expliciter ici les principaux aspects de ma démarche, tant passée qu’à venir, tout en restant le plus synthétique possible. Les citations et références précises y sont donc volontairement peu nombreuses, n’hésitez pas à vous reporter directement  à la thèse pour toute précision, bien sûr, les commentaires sont aussi là pour ça…]

Au panthéon des idées reçues sur l’État, celle selon laquelle la France compterait trop de fonctionnaires occupe une place de choix. Dès la Révolution française, Saint-Just fustigeait ces « 20 mille sots » qui corrompaient, combattaient et saignaient la République (10 octobre 1793). Plus près de nous, au milieu des années 2000, un ministre de la Fonction publique engagé dans une politique de réduction des effectifs pouvait affirmer, dans le cadre d’un entretien télévisé, qu’on « ne [savait] pas trop » combien il y avait de fonctionnaires1. Le nombre des fonctionnaires se trouve ainsi depuis plusieurs années au cœur d’un double discours contradictoire selon lequel d’un côté la France compterait trop de fonctionnaires, de l’autre l’État serait lui-même incapable de compter ses serviteurs. Continuer la lecture de Faire une histoire de l’État par ses effectifs ?

  1. Voir Renaud Dutreil sur Public Sénat, 20 janvier 2005 []

La gauche, le nombre des fonctionnaires et la revalorisation des traitements

La discussion du budget 2014 à l’Assemblée nationale n’a pas encore commencé mais l’agitation médiatico-politique autour du « ras-le-bol fiscal »1  en annonce déjà la teneur… Continuer la lecture de La gauche, le nombre des fonctionnaires et la revalorisation des traitements

  1. Lire cette mise au point éclairante par Louis Maurin et prendre un peu de recul avec cet ouvrage lumineux de Nicolas Delalande []

Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)

J’espère que la lecture de mon exposé de soutenance vous aura donné envie d’en savoir un peu plus sur ma thèse. Grâce au serveur TEL (pour « thèses en ligne »), environnement particulier de HAL-SHS, archive ouverte de dépôt de travaux scientifiques en libre accès par leurs auteurs, vous allez même pouvoir, si vous le souhaitez, la lire dans son intégralité… Continuer la lecture de Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)

De quoi parle ma thèse ? Mon exposé de soutenance

TheseJ’ai soutenu ma thèse de doctorat en histoire [édit : désormais en ligne] lundi 16 septembre 2013 devant un jury composé de :

Marc Olivier Baruch, directeur d’études – EHESS (directeur de la thèse) ; Philippe Bezes, chargé de recherche au CNRS – CERSA, Université Paris II ; Claire Lemercier, directrice de recherche au CNRS – CSO, Sciences Po. (rapporteure) ; Frédéric Monier, professeur des universités – Université d’Avignon (rapporteur) ; Paul-André Rosental, professeur des universités – Sciences Po. et INED ; Béatrice Touchelay, professeure des universités – Université de Lille 3

Je publie, en guise d’introduction à ce carnet de recherche, le texte préparé en vue de l’exposé que j’ai prononcé lors de cette soutenance pendant une vingtaine de minutes. J’y ai ajouté quelques illustrations ainsi que des références en liens. Comme de coutume, « seul le prononcé fait foi ». Continuer la lecture de De quoi parle ma thèse ? Mon exposé de soutenance

Penser/Compter

Penser/Compter vise à rendre de compte de mes recherches autour des questions posées par les processus de quantification à l’époque contemporaine. Il s’agit de penser ensemble déconstruction du travail statistique et analyse de ses usages (ou non-usages) politiques, administratifs, savants, etc. sans renoncer à considérer le matériau quantitatif comme une source pertinente pour les sciences sociales.

Dans ma thèse de doctorat en histoire, intitulée « Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950) » (sous la direction de Marc Olivier Baruch, soutenance le 16 sept. 2013) j’ai mobilisé une analyse simultanée du processus de fabrication du nombre des fonctionnaires, de son usage par les contemporains et de l’élaboration d’une politique de la fonction publique. Une telle démarche visait à proposer une relecture du processus de développement administratif au prisme de l’évolution du nombre des serviteurs de l’État, tout en interrogeant la pertinence d’une application de la notion de « gouvernement par les nombres » à la question des effectifs de l’État.

Avec ce carnet de recherche, je souhaite poursuivre la réflexion, en y incluant mes nouvelles recherches (actuellement post-doctorant dans le cadre projet de recherche SILICOSIS financé par le Conseil européen de la recherche (ERC) et dirigé par Paul-André Rosental, je suis chargé d’une enquête de démographie historique sur les morbidité et mortalités liées aux pneumoconioses à l’époque contemporaine qui me conduit à mobiliser le même type d’approche sur un autre terrain).

Fabriques et usages des nombres (XIXe – XXe siècles)