Penser/Compter

Penser/Compter vise à rendre de compte de mes recherches autour des questions posées par les processus de quantification à l’époque contemporaine. Il s’agit de penser ensemble déconstruction du travail statistique et analyse de ses usages (ou non-usages) politiques, administratifs, savants, etc. sans renoncer à considérer le matériau quantitatif comme une source pertinente pour les sciences sociales.

Dans ma thèse de doctorat en histoire, intitulée « Trop de fonctionnaires ? Contribution à une histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950) » (sous la direction de Marc Olivier Baruch, soutenance le 16 sept. 2013) j’ai mobilisé une analyse simultanée du processus de fabrication du nombre des fonctionnaires, de son usage par les contemporains et de l’élaboration d’une politique de la fonction publique. Une telle démarche visait à proposer une relecture du processus de développement administratif au prisme de l’évolution du nombre des serviteurs de l’État, tout en interrogeant la pertinence d’une application de la notion de « gouvernement par les nombres » à la question des effectifs de l’État.

Avec ce carnet de recherche, je souhaite poursuivre la réflexion, en y incluant mes nouvelles recherches (actuellement post-doctorant dans le cadre projet de recherche SILICOSIS financé par le Conseil européen de la recherche (ERC) et dirigé par Paul-André Rosental, je suis chargé d’une enquête de démographie historique sur les morbidité et mortalités liées aux pneumoconioses à l’époque contemporaine qui me conduit à mobiliser le même type d’approche sur un autre terrain).

Fabriques et usages des nombres (XIXe – XXe siècles)