Archives par mot-clé : sources statistiques

Un article à lire dans Statistique et Société

L’article tiré de mon exposé lors de la demi-journée d’étude « Archives de la statistique » en décembre 2013 a été publié dans Statistique et Société (vol. 4, n°1, 2016), revue de la Société française de statistique, sous le titre :

 Statistique des fonctionnaires et histoire de l’État par ses effectifs (France, 1850-1950)

Résumé (par l’équipe éditoriale de la revue) : « Pour faire l’histoire d’une statistique, on se contente parfois d’en repérer les origines et les modalités en se référant aux travaux des statisticiens eux mêmes,et aux archives des organismes statistiques. Émilien Ruiz plaide pour une conception plus large des archives de la statistique, imposant le recours à une documentation sur « les usages, les non-usages et les usages détournés ». Il illustre ce point de vue en relatant la réception et la postérité de l’« Essai de recensement des employés et  fonctionnaires de l’État » publié en 1896. » Continuer la lecture de Un article à lire dans Statistique et Société

Quantifier une abstraction ?

Annexe à l’article paru dans Genèses, n°99, juin 2015

GEN_099_L204Si vous n’êtes pas un.e habitué.e du carnet Penser/Compter, vous consultez probablement ce billet car vous avez lu mon article paru dans le n°99 de Genèses : Quantifier une abstraction ? L’histoire du « nombre fonctionnaires » en France.

Dans cet article, je présente le cadre analytique « reconstructionniste » que j’ai expérimenté dans ma thèse pour appréhender la question de l’évolution du « nombre des fonctionnaires ».

Les graphiques y sont insérés en noir et blanc pour des raisons éditoriales mais cela ne doit pas constituer véritablement un obstacle à leur lecture. Les voici néanmoins en couleur et en grand format :

J’ajoute aussi, toujours en n/b le tableau de la figure 5 car sa version numérique mise en ligne sur Cairn est très de mauvaise qualité…

Mais le format imprimé implique une contrainte plus lourde que la question des couleurs, contrainte que seule l’édition numérique permet de dépasser : le caractère figé, immobile des graphiques1 .

Dans l’article de Genèses la figure 1 représente l’évolution de la perception du « nombre des fonctionnaires » et de ses variations de 1845 à 1949. L’agrégat de l’intégralité des chiffres relatifs à ce nombre cités dans la thèse offre ainsi une formalisation des perceptions contemporaines de l’abstraction « nombre des fonctionnaires » : chaque point correspond à un chiffre cité ; chaque interpolation représente une déclaration rétrospective.

Comme je l’indique dans l’article, une telle représentation donne à voir d’emblée et simultanément les effets de l’instabilité des définitions mobilisées, ceux de la variabilité des modes de constructions statistiques adoptés et la relative marginalité des déclarations les plus péremptoires.

En présenter ici une version animée2 permet de mieux visualiser l’évolution de cette perception dans le temps. J’ai donc décomposé la figure 1 de l’article en 21 séquences. Chaque étape correspond aux chiffres cités au cours des années mentionnées en titre : les « nombre de fonctionnaires » cités entre 1845-1850 inclus, puis en 1850-1855, et ainsi de suite jusqu’en 1945-1949 (la dernière séquence est donc moins longue que les autres d’une année).

On visualise ainsi un peu mieux les moments au cours desquels les acteurs faisaient référence aux chiffres du passé pour – le plus souvent – dénoncer la croissance des effectifs

Évolution de la perception du « nombre des fonctionnaires » et de ses variations (1845-1949)
Évolution de la perception du « nombre des fonctionnaires » et de ses variations (1845-1949) – cliquez sur l’animation pour l’agrandir – cliquez ici pour voir une version accélérée

 

Ainsi animé, ce graphique permet de mieux saisir plusieurs éléments, en particulier :

  • la rareté des chiffres produits et cités avant les années 1890 et dans les années 1920 et, inversement, les investissements importants des années 1905-1915 et 1945-1949.
  • les mutations du rapport des contemporains à l’évolution des effectifs à travers le changement, après la Grande Guerre, de la période de référence censée témoigner de l’accroissement des effectifs: de l’avant-IIIe République à l’avant-14.

Bien entendu, ces deux constats ne disent rien par eux-mêmes… pour aller plus loin je ne peux que vous renvoyer à l’article de Genèses, voire… à ma thèse !

 


Édit.  du 10/07/2016 : pour les lectrices et lecteurs qui n’auraient pas accès à la version sous barrière mobile de l’article, une version auteur est librement accessible sur HAL-SHS


 

 

______

Crédit image de une : « abstract » par tanakawho en cc sur Flickr

 

  1. je vous renvoie à ce propos à l’excellente annexe électronique d’Éric Brian et Marie Jaisson pour leur ouvrage Le sexisme de la première heure. Hasard et sociologie, Paris, Raisons d’agir, 2007 : S1h. Si ici il s’agit « simplement » d’animer un graphique pour en améliorer la lecture, Éric Brian et Marie Jaisson proposent quant à eux diverses simulations []
  2. Sur l’animation d’un graphique ou une carte, je vous renvoie au passage à mon petit tutoriel du côté de la boîte à outils []

Les statistiques comme sources et comme objet : intervention à Lille 3

UL3-WEB-2014Mercredi prochain, le 25 mars (14h-17h), j’aurai le plaisir d’intervenir dans le séminaire de Master de Béatrice Touchelay et Mathieu de Oliveira :

Comprendre le monde contemporain par la recherche – « Économies et sociétés du monde industrialisé, XIXe-XXe siècles ». C’est à l’université Lille 3, de 14h à 17h. Continuer la lecture de Les statistiques comme sources et comme objet : intervention à Lille 3

Demi-journée « Archives de la statistique »

SFdSAprès une première demi-journée en novembre 2013, le groupe « Histoire de la Statistique » de la Société Française de Statistique (SFdS), en partenariat avec le Centre Koyré (EHESS/CNRS), organise une 2de demi-journée d’étude et de rencontres autour des « archives de la statistique ».

J’aurai le plaisir d’y faire un exposé intitulé « La statistique des fonctionnaires ou l’exemple d’un non objet (France, 1850-1950)« 

Argument et programme de la journée : Continuer la lecture de Demi-journée « Archives de la statistique »

Ma pauvre Lucette… les chiffres, on leur fait dire s’qu’on veut !

#OuPas! Comme dirait l’autre…

Je fais une petite veille sur twitter sur l’expression « Trop de fonctionnaires » ainsi que sur le seul mot « fonctionnaires« . Pour tout vous dire, cette veille je ne la fait pas vraiment sérieusement et je la suis de moins en moins régulièrement, le contenu est très répétitif, parfois extrême(droite-)ment violent et, finalement, peu intéressant. On voit, par exemple, le grand succès de la citation attribuée à Clemenceau, « la France est un pays fertile, on y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts »1

Il y a toutefois un petit intérêt à jeter un œil à ces fils de temps en temps : ils permettent de voir les informations (réelles ou fantasmées) qui circulent le plus, et de percevoir une partie des arguments anti-fonctionnaires qui ont le plus de succès (les arguments pro-fonctionnaires… sont très très rares) Continuer la lecture de Ma pauvre Lucette… les chiffres, on leur fait dire s’qu’on veut !

  1.  Expression que les lobby anti-fiscalistes aiment citer au point d’en faire un billet de blog à elle seule ou qu’un journaliste (souvent mieux inspiré) a pu, il y a longtemps, qualifier de « magnifique d’intelligence et de concision…« . Pour lire quelque chose de vraiment remarquable d’intelligence sur les impôts, je vous recommande plutôt les livres de Nicolas Delalande (Les batailles de l’impôt. Consentement et résistance de 1789 à nos jours et, avec Alexis Spire, Histoire sociale de l’impôt []

Retour sur « l’anachronisme des séries longues »

Comme indiqué dans la brève publiée le 29 septembre, j’interviendrai demain aux « lundis de l’Ined » pour un exposé intitulé Quantification et longue durée. L’exemple du nombre des fonctionnaires (France, 19e-20e siècles). L’objet de cette communication sera de présenter, à partir de ma thèse, le cadre analytique que j’ai mobilisé pour proposer un dépassement de l’alternative qui consiste à considérer sans distance critique ou à rejeter sans autre forme de procès l’usage des sources statistiques historiques pour construire des séries longues. Continuer la lecture de Retour sur « l’anachronisme des séries longues »

Quantification et longue durée : intervention aux lundis de l’INED

LogoINEDLe 6 octobre prochain, de 11h30 à 12h30, j’aurai le plaisir de faire une intervention dans le cadre des lundis de l’INED :

« D’octobre à juin, l’Ined organise un séminaire hebdomadaire. Lieu d’échanges scientifiques pluridisciplinaires autour d’une grande diversité de questions de population, des chercheurs de l’Institut ou des invités extérieurs y présentent leurs travaux qui sont discutés par un pair.  Continuer la lecture de Quantification et longue durée : intervention aux lundis de l’INED

Quelles sources de démographie historique à l’ère du « big data » ?

Dans le cadre de mes travaux actuels, j’ai besoin de statistiques concernant la répartition annuelle de la population française par département, sexe et âge depuis 1946. À l’heure où les big-open-data-et-des-bases-de-données-accessibles-en-un-clic sont à la mode1 rien de plus simple me direz-vous ? Eh bien pas tant que cela finalement…
Continuer la lecture de Quelles sources de démographie historique à l’ère du « big data » ?

  1. D’ailleurs vous êtes peut-être ici parce qu’il y avait « big data » dans le titre… allez, avouez, c’était fait pour 🙂 []