Histoire quantitative, histoire numérique et séries longues

Le cycle de séminaire TransNum est coordonné à Sciences Po par Dominique Cardon et Bruno Palier depuis 2019. Il s’agit d’un « espace de discussion interdisciplinaire » qui vise à mettre :

en réseau la communauté de recherche de Sciences Po travaillant sur ou avec le numérique. À travers des exemples sur les transformations économiques, sociales, politiques, juridiques liées à la numérisation et leur mise en perspective historique, le séminaire transitions numériques nourrit la réflexion sur l’impact du numérique dans l’ensemble des domaines recherches de Sciences Po.

(page de présentation du séminaire)

Le 25 septembre dernier s’est ainsi tenue une séance intitulée “un tournant numérique pour l’histoire économique ?”. Covid-19 oblige, le séminaire s’est transformé en “webinaire” et nous avons donc échangé en ligne à propos du rapport des historiennes et historien au quantitatif et, surtout, à ce que le numérique changerait, ou pas, à nos approches des « séries longues » (non, pas celles ci… ; plutôt celle là…).

En histoire, s’il y a bien un champ pour lequel la question des transformations numériques de la discipline se pose avec une certaine acuité, c’est bien celui de l’histoire économique. Mises en séries de sources hétérogènes, catégorisations anachroniques, pertinence des approches de longue durée : les débats relatifs aux usages de la quantification y furent vifs, précoces… Ils se soldèrent surtout, dès les années 1980/1990, par un reflux et/ou une marginalisation des approches quantitatives. Les mutations opérées au cours des vingt dernières années, généralement considérées comme un “tournant” voire une “révolution” numérique, changent-elles la donne ? Une nouvelle vague de quantification est-elle à l’œuvre ? L’histoire économique a-t-elle connu une transformation numérique ?

(annonce de la séance)

Pour échanger autour de ces questions, nous avons eu la chance de bénéficier de 3 interventions successives : celle de Béatrice Dedinger (Sciences Po, CHSP) et Paul Girard (OuestWare) à propos du projet RICardo ; celle d’Elisa Grandi (Université de Paris, LIED) à propos du projet D-FIH ; et enfin celle de Claire Lemercier (CNRS, CSO) pour une mise en perspective de ces interventions autour de la notion de “troisième vague” en histoire quantitative. De mon côté, dans un propos introductif, j’ai proposé d’amorcer la séance en revenant sur ce que le débat sur « l’anachronisme des séries longues » (déjà évoqué ici il y a quelques années…) pouvait apporter à nos réflexions.

Si vous avez manqué la séance, ou si vous l’avez tellement appréciée que vous souhaitez absolument réécouter les intervenantes et intervenants… eh bien c’est votre jour de chance : l’ensemble a été filmé et mis en ligne !


Introduction · L’anachronisme des séries longues, un débat rendu obsolète par les big data ?

Comment renouveler l’histoire de la mondialisation commerciale grâce au numérique ?

Données Financières Historiques et numérique : enjeux, défis et premiers résultats

Une deuxième vague de quantification en histoire économique ? · Discussion générale

N’hésitez pas à aller jeter un oeil au programme des séances passées et à venir du cycle « TransNum », la prochaine séance aura lieu le 23 octobre 2020 et sera consacrée à l’activisme de l’extrême droite sur le web (programme)


Source de l’image en une sur le carnet : Baulant Micheline. Le salaire des ouvriers du bâtiment à Paris, de 1400 à 1726. Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 26ᵉ année, N. 2, 1971. pp. 463-483. DOI: https://doi.org/10.3406/ahess.1971.422372


Émilien Ruiz

Assistant professor au Centre d'histoire de Sciences Po

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search