État obèse, statut obsolète et fonctionnaires trop nombreux. Retour vers le futur ?

Dire que la société doit l’école primaire gratuite à toutes les intelligences est un paradoxe égal, sinon supérieur, à celui qui consisterait à dire qu’elle doit le potage gratuit à tous les estomacs.

En 1888, c’est ainsi que le vicomte Georges d’Avenel entendait dénoncer, dans la Revue des deux mondes, ce qu’il désignait comme « l’extension du fonctionnarisme depuis 1870 ». L’objectif était simple : dénoncer le nombre des fonctionnaires en attaquant une politique emblématique de la Troisième République (ce sont ici les lois Ferry de juin 1881 et mars 1882 qui sont visées) et, ce faisant, d’attaquer à la fois le régime républicain et l’extension des attributions de l’État dont il serait la cause.

D’Avenel écrivit ceci dans une période de dénonciation particulièrement forte du “fonctionnarisme”, au cours de laquelle la trop faible rémunération des fonctionnaires était le plus souvent expliquée par leur trop grand nombre (présumé car, en c’temps-là, on ne les comptait pas vraiment…). Cela faisait d’ailleurs déjà plusieurs décennies que l’idée selon laquelle il faudrait réduire les effectifs pour mieux les payer avait été émise par Vivien dans ses Études administratives.

On a fait des choix organisationnels, qui font qu’aujourd’hui on a été conduits, tout simplement parce que l’on a pas bien su par exemple organiser l’échelon secondaire, qui est très coûteux et pas si efficace que ça, qui ont conduit à paupériser le monde enseignant, beaucoup de profs, mais sans doute des choix organisationnels qui ne sont pas les bons […]. il faut un effort de revalorisation, là où il n’y a pas d’accord c’est, qu’est-ce qu’il faut comme contrepartie ?

Nous sommes cette fois en septembre 2021, et c’est Laurent Bigorgne qui évoque ainsi la situation de l’Éducation nationale dans « On arrête pas l’éco » sur France Inter (à écouter à partir de 08’30 env. ; puis vers 15′ env.). La formulation peut paraître un peu alambiquée, le Café pédagogique l’a assez bien résumée en titrant « Les enseignants ne sont pas mal payés : il y en a trop… ». Le débat portant sur une proposition d’augmentation du traitement des enseignants, on pourrait même reformuler en “pour augmenter les profs, il faut en réduire le nombre”.

Les deux situations n’ont bien sûr rien à voir : à un siècle et demi de distance, la remise en cause de l’intervention dans l’éducation n’est plus aussi frontale qu’elle put l’être lorsque les républicains entreprirent d’en faire une affaire d’État. En outre, le directeur de l’Institut Montaigne, contrairement à Georges d’Avenel, non seulement ne s’oppose pas au régime républicain, mais encore moins à son gouvernement actuel, dont il fut l’un des soutiens les plus précoces.

En septembre 2015, Emmanuel Macron, ministre de l’économie préparant sa candidature pour l’élection présidentielle, fustigeait le statut des fonctionnaires qui n’était « plus adapté au monde tel qu’il va » en parlant de réforme de l’État. Quelques mois plus tard, Laurent Bigorgne, qui ne tarderait plus à héberger l’association En marche !, affirmerait quant à lui que le statut « ne répond plus aux évolutions nécessaires » en parlant réforme des collectivités territoriales. Proche du Président de la République, le directeur de l’Institut Montaigne est aussi un proche de son ministre de l’Éducation (voir ici ou ), et il fut membre du Comité Action Publique 2022 / CAP22 chargé de rédiger un rapport pour orienter les réformes visant les services publics, et plus précisément, pour identifier « des économies significatives et durables » pour les dépenses publiques.

Les deux situations n’ont donc bien sûr rien à voir mais, à un siècle et demi de distance, il y a bien un point commun à nos deux analystes des réformes éducatives : l’obsession pour le trop grand nombre des fonctionnaires.

Le secteur éducatif n’est toutefois pas le seul visé. Avec la campagne pour l’élection présidentielle de 2022, la question refait plus globalement surface dans le débat public. Le président du groupe Les Républicains au Sénat comme l’un des membres du bureau national de ce parti considèrent que le principal enseignement de la crise sanitaire en France concerne « l’obésité bureaucratique de l’État » (voir ici, ou encore ). L’une des candidates à l’élection présidentielle a déjà annoncé que son programme comporterait des « suppressions de postes de fonctionnaires » avec pour objectif de « débureaucratiser massivement » la France.

Depuis des décennies – certains diront même des siècles – la tentation française par excellence a été celle du dirigisme d’État. Qu’il s’agisse de l’économie ou de l’éducation; de a culture ou de la recherche, des technologies nouvelles ou de la défense de l’environnement, c’est toujours vers l’État que s’est tourné le citoyen pour demander idées et subsides. […] Ce système de gouvernement qui est, en même temps, un modèle social, n’est pas dénué de qualités. […] Mais il présente deux défauts rédhibitoires : il se détruit lui-même, par obésité ; et surtout, il menace d’amoindrir les libertés individuelles

On ne doit cette déclaration ni à Valérie Pécresse ni à Bruno Retailleau ou à Devid Lisnard… mais à Jacques Chirac. Le texte qui précède est en effet tiré de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale le 9 avril 1986. La classe politique actuelle connaît ses classiques… elle partage aussi, avec des figures historiques de la droite comme de la gauche, une obsession plus que séculaire pour un nombre des fonctionnaires dont la dénonciation est éminemment politique ; bien plus que ne le laisse entrevoir les atours techniques dont dont entend le plus souvent l’affubler depuis quelques décennies.

Vous m’avez peut-être vu venir… C’est à étudier les ressorts de cette obsession qu’est consacré l’ouvrage dont j’ai le grand plaisir de vous annoncer la parution ce 29 septembre 2021 dans la collection « L’épreuve de l’histoire », dirigée par Antoine Lilti pour les éditions Fayard :

(cliquez sur l’image pour accéder à la page du livre sur le site de Fayard)

Disponible depuis quelques temps en précommande dans quelques librairies indépendantes (voir sur LesLibraires.fr), vous pourrez vous le procurer dès demain ou le commander dans celles qui auraient commis l’erreur tout à fait réparable de ne pas l’avoir déjà en stock !

En attendant, vous pouvez lire cet entretien paru dans la Gazette des communes ; lire un extrait du livre sur le site de Fayard ; participer le 29 septembre à 18h aux discussions à propos du livre sur la chaîne Twitch du magazine Sciences Humaines

Bonne lecture !


Crédit image en une : Chris Marquardt “REWIND“, en CC-FLICKR.


Émilien Ruiz

Assistant professor au Centre d'histoire de Sciences Po

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search