[À lire ailleurs] Chiffres privés, chiffres publics : séminaire IGPDE-IDHE-IRHiS

Sur des thématiques très proches de celles que j’entends développer ici, le carnet Chiffres privés, chiffres publics. Calculs, comptabilités et statistiques XVIIe-XXIe siècles accompagne le séminaire éponyme dont la première séance s’est tenue le 12 novembre 2013. Il est animé par Fabien Cardoni, Anne Conchon, Michel Margairaz et  Béatrice Touchelay :

« Chiffres privés, chiffres publics »  est un séminaire de recherche qui s’intéresse aux interrelations, sur la longue durée (XVIIe-XXIe siècles), entre les chiffres émanant d’acteurs privés et les chiffres d’origine ou de diffusion publique.

Il s’agit ainsi de comprendre la manière dont les acteurs privés rendent (partiellement, sélectivement ou totalement) publics des chiffres élaborés dans un cadre privé ou encore, à l’inverse, des modalités de réemploi des chiffres de source privée par des acteurs publics. Cela inclut l’étude des usages, des modes de production, de présentation et de diffusion des chiffres.

Le champ de réflexion s’étend à l’histoire des comptabilités (marchande, publique ou nationale), des statistiques, de la politique fiscale, de la normalisation comptable, du management par les chiffres mais aussi à l’histoire des acteurs du chiffre (institutions publiques et privées, négociants, banquiers, industriels, experts, comptables, statisticiens, fonctionnaires…).

Ce séminaire, qui durera trois ans,  est coorganisé par l’IGPDE, l’IDHE (CNRS) et l’IRHiS (université de Lille 3). SourceEn savoir plus

Sur le carnet, vous trouverez le programme du séminaire pour l’année 2013-2014 ; l’annonce des séances ainsi que des conseils de lecture.


Émilien Ruiz

Assistant professor au Centre d'histoire de Sciences Po

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.