Statistiques et délinquance : l’éclairage des sciences sociales

[Photo credit: www.LendingMemo.com]

[Photo credit: www.LendingMemo.com]

Le Monde publie aujourd’hui, sur la base d’une dépêche AFP, un article relatif au « trucage des chiffres de la délinquance à Paris » depuis plusieurs années.

La question de la fiabilité des statistiques de délinquance mérite une attention particulière.

D’abord parce qu’elle cristallise des oppositions classiques qui, dans le débat politique, se résument le plus souvent à l’alternative « les chiffres prouvent que… » / « les chiffres on leur fait dire ce que l’on veut ».

Eolas_statistiquesEnsuite, et surtout, parce que les conditions de production des statistiques officielles constituent un élément essentiel à prendre en compte avant toute exploitation scientifique.

Depuis plusieurs années, les statistiques sur la délinquance ont fait l’objet de travaux qui offrent un éclairage intéressant.

L’objectif de de cette brève est de proposer quelques conseils de lectures en libre accès.

Le classique : www.laurent-mucchielli.org

Laurent Mucchielli est sociologue, « directeur de recherches au CNRS, rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES, Aix-en-Provence) » Une section de son site, « Délinquance, justice et autres questions de société », est intégralement consacrée aux statistiques sur la délinquance.

En introduction à cette section, trois « règles d’or » sont rappelées – valables pour toute approche sociologique ou historique des statistiques, elles méritent d’être citées ici  :

  • On ne peut rien dire d’un chiffre si l’on ignore comment il a été fabriqué.

  • Un seul chiffre ne saurait permettre de décrire ni mesurer un phénomène social complexe.

  • Les chiffres ne « parlent pas d’eux-mêmes », c’est nous qui les faisons parler.

Vous trouverez beaucoup d’informations utiles sur cette page : une fiche bibliographique, des conseils pour trouver des sources statistiques et de nombreux articles librement accessibles sur la question.

L’approche historique avec Frédéric Vesentini

H&M-2007-2Historien, maître de conférences en sociologie à l’Université de Versailles-Saint-Quentin, Frédéric Vesentini est actuellement rattaché au CNRS au CESDIP (Centre de recherches sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales). Plusieurs de ses travaux sont incontournables pour qui s’intéresse aux statistiques judiciaires. En libre accès, je recommande particulièrement :

Frédéric Vesentini (dir.), « Déviance, justice et statistiques« , Histoire & Mesure, XXII – 2 | 2007

Extrait de la présentation du numéro :

« Parmi les premières statistiques officielles publiées, dès le début du XIXe siècle dans certains pays européens, on compte celles des crimes et des procès. Leur production est tributaire de l’activité des policiers, gendarmes, procureurs et juges et de ses supports matériels, des registres au casier judiciaire informatisé : tout cela impose des unités de compte parfois difficilement compatibles entre elles. Mais le choix des catégories mobilisées, et surtout les interprétations des chiffres, dépendent aussi de ce que l’on veut faire de la statistique : parler du crime et des criminels, des délits et des délinquants, ou bien de l’efficacité de la police et de la justice ? »

L’approche comparative

Plusieurs travaux permettent d’envisager la question d’un point de vue comparatif. C’est déjà le cas du dossier précité d’Histoire & Mesure. Sur la plateforme d’archives ouvertes de Sciences Po. (Spire), on trouve notamment un « working paper » du LIEPP intitulé : « How much should we trust crime statistics ? A comparison between UE and US » co-écrit par Paolo Buonanno, Francesco Drago, et Roberto Galbiati.

Extrait du résumé :

« In this paper we take a cross-country perspective to study these issues. Our first objective is to investigate to which extent crime rates are declining in some major developed countries. Specifically, we look at the evolution of crime rates across the two sides of the Atlantic, namely United States and European countries between the 1970 and 2010. »

*

*     *

Bien entendu, la liste n’est pas exhaustive : n’hésitez surtout pas à la compléter en commentaires.


Émilien Ruiz

Assistant professor au Centre d'histoire de Sciences Po

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.