Quantification et longue durée : intervention aux lundis de l’INED

LogoINEDLe 6 octobre prochain, de 11h30 à 12h30, j’aurai le plaisir de faire une intervention dans le cadre des lundis de l’INED :

« D’octobre à juin, l’Ined organise un séminaire hebdomadaire. Lieu d’échanges scientifiques pluridisciplinaires autour d’une grande diversité de questions de population, des chercheurs de l’Institut ou des invités extérieurs y présentent leurs travaux qui sont discutés par un pair. 

Le séminaire des Lundis de l’Ined se tient chaque lundi de 11h30 à 12h30, en salle Sauvy à l’Ined. Il est ouvert à tous, sans inscription préalable. En fonction des intervenants, la langue parlée est le français ou l’anglais. Six séances dans l’année, organisées par le service des enquêtes, sont consacrées à la présentation d’une opération de collecte en particulier.Six séances sont consacrées aux présentations des travaux d’un-e jeune chercheur-e, doctorant-e ou post-doctorant-e. Ces séances Jeunes chercheurs sont organisées par Fabrice Cahen et Lidia Panico. Les unités de recherche de l’Ined, qui regroupent des chercheurs autour d’une thématique ou d’une approche en particulier, organisent une séance dans l’année. Les autres séances, démodynamiques, sont organisées sur sollicitation ou proposition. »

Discuté par Monique Meron, co-auteure d’Un siècle de travail des Femmes en France, mon exposé est intitulé :

Quantification et longue durée : l’exemple du « nombre des fonctionnaires »

De ruptures en réconciliations, il n’a jamais été acquis qu’histoire et statistique aient été faites l’une pour l’autre. Depuis la lune de miel qui suivit les études fondatrices d’Ernest Labrousse dans les années 1930 et 1940, leurs relations ont été pour le moins fluctuantes et un net reflux du recours aux sources et aux méthodes quantitatives par les historiens eu lieu au cours des années 1980-1990. Bernard Lepetit pouvait ainsi écrire en 1989 que « le doute [s’était] répandu quant à la capacité du chiffre à rendre compte des comportements les plus fondamentaux. »

Une partie des enjeux qui se trouvaient au cœur de ce reflux concernait la question de « l’anachronisme des séries longues ». Les débats qui eurent lieux entre statisticiens à l’occasion de la publication de Deux siècles de travail en France par Olivier Marchand et Claude Thélot en 1991 conduisirent ainsi à une sorte de polarisation entre un fétichisme néo-positiviste et un rejet constructiviste du chiffre (voir ici et ). Toutefois, depuis les années 2000, plusieurs chercheurs, sur des terrains aussi différents que les mouvements démographiques européens, le sex-ratio à la naissance, le nombre de victimes de la silicose ou le travail des femmes, ont tenté de dépasser cette alternative par ce qu’il est convenu d’appeler une approche « reconstructionniste ». Ces travaux sont marqués par une conviction commune : l’histoire et la sociologie d’une production statistique ne doivent pas conduire à abandonner toute exploitation du matériau quantitatif étudié.

Partant des résultats d’une thèse de doctorat consacrée à la question des effectifs de l’État dans la France des années 1850 à 1950, mon intervention visera à proposer une contribution à ces renouvellements de l’approche quantitative des phénomènes de longue durée. Alors que la définition (qu’elle soit juridique, politique ou a fortiori statistique) des agents de l’État fut très fluctuante au cours de cette période, et tandis que acteur d’une même époque s’accordaient rarement sur ce qu’était un « fonctionnaire », est-il possible de mesurer l’évolution du « nombre des fonctionnaires » ?

*

Pour le dire encore plus brièvement… il s’agira de présenter et commenter ce graphique extrait de ma conclusion :

THESE-RUIZ_GraphCCL

*

Programme des Lundis de l’INED pour octobre-décembre 2014 :

ProgrammeLundisINED-sept-dec2014


2 réflexions au sujet de « Quantification et longue durée : intervention aux lundis de l’INED »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *